Fictions
« Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer » de Dany Lafferière réédité chez Zulma

« Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer » de Dany Lafferière réédité chez Zulma

03 septembre 2020 | PAR Chloé Hubert

Trente-cinq ans après sa parution, les éditions Zulma rééditent le premier roman de Dany Laferrière. Comment faire l’amour à un nègre sans se fatiguer n’a pas vieillit et dépeint avec toujours autant de brutalité les tensions raciales qui sous-tendent la sexualité nord-américaine.

Zulma continue sa réédition de l’oeuvre de l’académicien canadien d’origine haïtienne. Après avoir publié dans sa collection de poche l’Odeur du café, le Charme des après-midi sans fin et le Cri des oiseaux fous, c’est le premier roman de Dany Laferrière qui parait 35 ans après.

« C’est l’histoire de deux jeunes Noirs qui passent un été chaud à draguer les filles et à se plaindre. L’un est amoureux de jazz et l’autre de littérature. L’un dort à longueur de journée ou écoute du jazz en récitant le Coran, l’autre écrit un roman sur ce qu’ils vivent ensemble ». Ainsi est décrit le roman qui est écrit par le narrateur de Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer. C’est aussi ainsi que l’on pourrait décrire le roman de Dany Lafferière lui-même. Il met en scène Booba, un ascète des temps modernes qui passe ses journées allongé sur son divan face à la Mecque et qui scande « Allah est grand et Freud est son prophète ». En face, celui qu’il appelle « Vieux » lit Henry Miller, Blaise Cendrars et Charles Bukowski et rédige son premier roman: Paradis du dragueur nègre. Le taudis dans lequel ils habitent tous les deux et en effet un paradis dans lequel ils baisent les filles de la bourgeoisie montréalaise et les étudiantes de Mc Gill. Il y a « Miz Littérature », « Miz Sophisticated Lady » ou encore « Miz Snob » qui défilent volontiers dans cette piaule lugubre, bien loin de leurs coquets intérieurs.

Mais « il n’y a pas de femmes ici, il y a des Blanches et des Nègres, c’est tout ». C’est bien en tant que « Nègres » qu’ils baisent ces filles blanche venue chercher l’animalité, la bestialité, la primitivité de leurs amants. C’est bien en tant que « Nègres », que ces jeunes hommes baisent ces filles blanches chez qui ils cherchent la luxure de la transgression. « La vengeance nègre et la mauvaise conscience blanche au lit ça fait une de ces nuits ! ».

Ce roman est comme la toile de Matisse Grand intérieur rouge: « une peinture primitive, animale, grégaire, féroce, tripale, tribale, triviale », avec ses couleurs primaires « fortes, vives, violentes, hurlantes ». « En même temps, ces couleurs primaires, hurlantes, d’une sexualité violente, proposent dans cette jungle moderne une nouvelle version de l’amour ».

Comment faire l’amour avec un nègre sans se fatiguer décrit sans pudeur, avec une écriture outrageuse et insolante, les tensions raciales qui sous-tendent la sexualité nord américaine. Trente-cinq ans après, le roman n’a pas vieillit, toujours aussi brutale, et toujours aussi lucide.

Dany Lafferière, Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer, Editions Zulma, 192 p. 17,50 €, sortie le 3 septembre 2020

Visuel: ©Couverture officielle de Zulma (design de David Pearson associé à une création originale du plasticien brésilien Randolpho Lamonier)

« Une bête aux aguets » de Florence Seyvos: entre folie et paranormal
YOURTE , l’anti-système de la génération Macron
Chloé Hubert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *