Fictions

« La poupée de Kafka » : Fabrice Colin démontre que c’est avec les meilleurs auteurs que l’on fait les bons thrillers

« La poupée de Kafka » : Fabrice Colin démontre que c’est avec les meilleurs auteurs que l’on fait les bons thrillers

23 décembre 2015 | PAR Yaël Hirsch

Dans un livre lettré et néanmoins mutin, Fabrice Colin met en scène un père et une fille aux prises avec un dernier secret de Franz Kafka. La poupée de Kafka est un thriller familial et littéraire bien ficelé, qui nous plonge plus dans l’univers de ses fans contemporains que dans celui du célèbre écrivain pragois. Un roman qui se lit d’une traite.

[rating=4]

Orpheline de mère très jeune, la fantasque Julie Spieler a des relations en pointillés avec son père, Abel, un universitaire spécialiste de Kafka. Ce dernier lui a parlé à l’âge de 6 ans de la « poupée de Kafka », une anecdote qui veut que dans ses derniers jours le grand écrivain ait tenté de consoler une petite fille de la perte de sa poupée en imaginant les lettres que cette dernière partie en voyage lui auraient envoyées. Ces lettres ont existé et sa dernière compagne Dora Diamant a dit les avoir égarées et détruit les journaux qui mentionnent l’anecdote à la demande de l’auteur… Mais certains universitaires dont Abel Spieler caressent encore l’espoir des les retrouver au moment où sa fille, Julie part rejoindre un homme à Berlin et rencontre Else Fechtenberg, une vieille dame antipathique qui aurait bien pu être la petite propriétaire de la poupée et destinataire des dernières lettres de Kafka…

Bien structuré, n’abusant pas des flash backs, alternant les focalisation avec grâce et écrit dans un style résolument contemporain, Fabrice Colin ficelle un bien joli thriller. A la fois très référencé et très fluide, complexe dans ses personnages et simple dans sa narration, La poupée de Kafka est une histoire d’amour de la littérature et d’amour filial, autant qu’un thriller historique évitant avec pudeur les affres du point Godwin. Un très bon bouquin à lire et à offrir sans modération.

Fabrice Colin, La poupée de Kafka, Actes Sud, 272 p., 20 euros. Sortie le 6 janvier 2016.
visuel : couverture du livre.

Jonathan Safran Foer annonce enfin un nouveau roman pour l’automne 2016
Agenda ciné de la semaine du 23 décembre
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *