Fictions
« La Petite Barbare », un premier roman vorace de Astrid Manfredi

« La Petite Barbare », un premier roman vorace de Astrid Manfredi

02 août 2015 | PAR Yaël Hirsch

Critique littéraire reconnue et respectée pour ses articles dans le blog Laisse parler les filles, Astrid Manfredi passe à l’écriture en cette rentrée littéraire 2015 avec un premier roman bruissant de vie, à paraître aux éditions Belfond. Un magnifique baptême !

[rating=4]

« La barbare » a 20 ans, elle a grandi dans un gang, elle a été la reine de la nuit parisienne du côté des « Champs ». Elle aime la vie, ce qui est bon, ce qui est cher, et elle a échangé corps, faveurs sexuelles et ingénuité contre de l’attention, de l’herbe qui fait rire et de l’argent. Elle a 20 ans, et ses activités hors là loi et borderline avec la vie l’ont conduite en prison. Alors que ses jours carcéraux de lecture et d’écriture forcenées sont comptés, alors que la liberté se profile avec gourmandise et terreur, elle livre le journal de bord de ses impressions.

Portrait de jeune femme en manque de repères sociaux et familiaux, mais bourrée d’instinct de vie, La barbare est un roman bruissant de vie. Concis, précis, simple mais reposant sur un flux ininterrompu de texte saturé d’images fortes, il fait l’effet d’un réveil à la dynamite. Un auteur se révèle au fur et à mesure que les pages défilent, attachantes et presque vivantes. Un bel hommage à la littérature qui nous rappelle que les livres, parfois mieux que l’espoir, sont aussi une raison de vivre.

Astrid Manfredi, La Petite Barbare, Belfond, 155 p., 15 euros. Sortie le 13 août 2015.

« Oui, voilà ce que nous sommes, de grands fauves qui se gavent d’ultraviolence pour encaisser l’ineptie d’un monde fabriqué sans notre avis.
Ensemble, nous squattons la rubrique des chiens écrasés avec des sourires en cran d’arrêt. Parfois, la télé débarque et les voitures s’embrasent. Le monde se met à flipper, range son magot sous le matelas. Il a bien raison.
C’est ça un gang, inspirer la crainte en tapant sur l’épaule. » p. 52

visuel : couverture du livre et portrait officiel (c) Philippe Matsas

 

[Live Report] Les Nuits Secrètes 2015, vendredi 31 juillet
[LIVE REPORT] LES NUITS SECRÈTES 2015, SAMEDI 1er AOÛT
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *