Fictions

« Journal d’un AssaSynth, tome 1 : Défaillances systèmes » de Martha Wells : Prix Hugo 2018

« Journal d’un AssaSynth, tome 1 : Défaillances systèmes » de Martha Wells : Prix Hugo 2018

26 juin 2019 | PAR Julien Coquet

Prix Hugo, Nebula, Alex et Locus : cela fait beaucoup pour un seul court roman, une novella signée Martha Wells, sur un androïde de sécurité dont la conscience s’éveille. Ce quadruple prix est-il pour autant mérité ?

La novella peut être considérée comme un genre bâtard : ni roman, ni nouvelle, sa longueur la classe dans cet indéfinissable entre-deux où figurent tout de même quelques chefs-d’œuvre (La Métamorphose de Kafka, Billy Budd de Herman Melville…). A chaque fois, le sujet manque de complexité et de développement pour devenir un roman mais offre tout de même une certaine profondeur pour être plus long qu’une nouvelle. Les éditions L’Atalante ont décidé de séparer les quatre novellas de Martha Wells, dont voici le premier tome, Défaillances systèmes.

L’histoire, racontée à la première personne, s’intéresse à un androïde de sécurité, un SecUnit, accompagnant une équipe de chercheurs partis explorer une nouvelle planète. Assez paresseux, celui-ci passe son temps à regarder des séries qui lui permettent de mieux comprendre le comportement humain. Les humains sont d’ailleurs vus comme des êtres inférieurs, incompréhensibles car n’obéissant pas à des règles forcément rationnelles et souffrant trop facilement de leurs émotions. Tout se complique justement quand cette équipe de chercheurs cède à la panique : les cartographies et les données fournies se révèlent faussent. L’exploration va être difficile.

Défaillances systèmes, au lieu de creuser la thématique de l’intelligence artificielle, de l’éveil à la conscience, de la naissance du libre arbitre chez les androïdes ne fait malheureusement que survoler le sujet. La novella se révèle trop longue pour le traitement que Martha Wells fait de ses personnages, l’androïde SecUnit intéressant car travaillé mais des humains totalement effacés qu’il est difficile de distinguer. Malgré un quadruple prix, rien de nouveau sous le soleil de la science-fiction.

« Les sensations commençaient à revenir dans mes organes biologiques engourdis. L’alliance entre composants mécaniques et biologiques permet d’ordinaire à mon organisme de compenser ce genre d’influx sensoriels. Sans cet équilibre fragile à présent rompu, j’avais l’impression de flotter comme un ballon de baudruche. Et puis, j’ai senti le contact d’une surface dure contre mon torse et j’ai brusquement pris conscience de ma position. Je gisais sur le ventre, un bras dans le vide. Qu’est-ce que je fichais sur la table ? »

Journal d’un AssaSynth, tome 1 : Défaillances systèmes, Martha Wells, L’Atalante, 128 pages, 10,90€

Mats Ek théâtral à l’Opéra de Paris
Les concerts classiques et lyriques de la semaine du 24 juin
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *