Essais
« Styles », Marielle Macé tente de faire le lien sociologie et lifestyle

« Styles », Marielle Macé tente de faire le lien sociologie et lifestyle

03 novembre 2016 | PAR Yaël Hirsch

Directrice adjointe du Centre de Recherche sur les arts et le langage à l’EHESS, spspécialiste de « pensée littéraire » en France et à New-York, Murielle Macé publie chez Gallimard un livre où il est question de « styles » comme modes d’engagement dans le monde.  Très inspirée par le structuralisme et la sociologie critique, elle transforme souvent son exercice de travail sur un concept clé pour notre temps en exercice d’admiration pour des penseurs du 20e siècle.

[rating=2]

Sous-titré « Critique de nos formes de vie », Styles entreprend l’importante tâche comprendre nos modes de vies multiples et marqués par un volontarisme de singularité. Utilisant le concept clé d’individuation et passant par des notions clés forgées par Mauss (techniques du corps, habitus), Bourdieu (distinction), Certeau et Foucault et Hadot (techniques de soi), mais aussi Benjamin, Adorno (œuvres tardives) ou à travers eux Baudelaire et Bummel, elle tente de réconcilier deux visions du style : celle clinquante, joyeuse, esthétique et désirable du marketing ; et celle, d’autant plus critique que la première est brillante, dénonçant une normativité et une aliénation, de la sociologie.

L’idée est excellente, le paradoxe d’un style adulé et décrié un point point d’ancrage et le thème depuis le 19 e siècle bourgeois n’a pas cessé d’être. Riche, parfois débordante, la culture de Marielle Macé permet de brasser pas mal d’auteurs et de voir leurs définitions du style. Et pourtant, le livre pêche par ses explications brèves de certains auteurs déjà un peu anciens pour suffire à parler de notre 21e siècle, ses exercices d’admiration lyriques pour d’autres auteurs et par trop peu d’exemples concrets souvent évoqués par leurs topoï (la sape, le slogan du BHV). On a du mal à suivre le fil de la pensée de Marielle Macé et si on la suit dans ses évocations savantes, on finit le livre plus ou moins où on l’a commencé sans en savoir plus sur le style qu’en commençant l’ouvrage surtout pas sur le style à l’heure d’instagram et de la mondialisation possible des modes de vies.

Marielle Macé, Styles, Critique de nos formes de vie, Gallimard, 360 p.,22 euros. Visuel : couverture du livre

« Richard III, Loyaulté me lie » : monde inquiétant où se mêlent talents, poésie, fureur
Laëtitia ou la fin des hommes de Ivan Jablonka fait feu de tout bois.
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *