Essais
« Sois sage, c’est la guerre » d’Alain Corbin : des souvenirs (trop) pondérés ?

« Sois sage, c’est la guerre » d’Alain Corbin : des souvenirs (trop) pondérés ?

21 novembre 2016 | PAR Géraldine Bretault

Souvent surnommé « L’historien du sensible », tant il a contribué à renouveler le regard sur des sujets aussi inédits dans le champ historique que le temps qu’il fait, les parfums, ou encore le silence, Alain Corbin nous entraîne avec lui dans sa quête de ses souvenirs de toute petite enfance, sous l’Occupation.

[rating=3]

9782081375611

Fils d’un médecin mulâtre originaire des Antilles, et d’une mère normande, Alain Corbin aurait pu connaître une enfance sans histoire(s), dans sa Normandie natale, n’était-ce la rencontre avec la Grande Histoire sous la forme de l’Occupation. Le petit Alain a 4 ans en 1940, lorsque le père  décide de protéger sa famille (Alain a aussi un grand frère), en les expédiant de Lonlay-l’Abbaye à Essay.

Si le récit est sensible, émaillé de photographies en noir et blanc du père de l’auteur, et nous surprend par les divergences sociales et politiques qu’il parvient à distinguer et décrire entre deux bourgs distants de 80 km seulement, l’ensemble laisse le lecteur sur sa faim par le manque d’ancrage dans un genre précis.

À considérer qu’il s’agit d’un essai historique, comme le laisse penser la réédition par le même éditeur dans cette collection, l’authenticité des éléments décrits reste soumise au très jeune âge de l’auteur au moment des faits. La génération des baby-boomers aura sûrement grand plaisir à retrouver des objets ou des détails propres à leur enfance, mais cela ne saurait suffire à en faire un grand récit.

Quant à l’approche sensible à laquelle nous a habitué l’historien, le sujet étant ici plus centré sur sa personne que ses habituels sujets d’étude, son récit se mesure alors en filigrane à d’autres auteurs qui se sont résolument placés du côté du matériau personnel pour reconstituer des époques révolues, et force est alors de constater qu’Alain Corbin n’a pas la plume d’un Guyotat dans son roman Formation, ni d’Annie Ernaux dans ses récits d’autofiction tels La Place, ou encore Pierre Bergounioux sur son Lot natal (Le Matin des origines) ou la Corrèze (Le Chevron).

« Considérant ces soldats qui couraient et qui tiraient des balles à blanc, je me souviens d’avoir éprouvé une certaine pitié ; non pas que je fusse partisan des « Boches », mais parce que je pressentais que plusieurs de ces individus, que je considérais déjà comme des vaincus, allaient bientôt mourir. » p. 126

 

Alain Corbin, « Sois sage, c’est la guerre. Souvenirs d’enfance, 1939-1945, éd. Flammarion, collection Champs histoire,  160 p., 8 €, novembre 2016 

« Chronosquad » Tome 1 : Lune de miel à l’âge du bronze
Décès du dernier des Frères Jacques
Géraldine Bretault
Diplômée de l'École du Louvre en histoire de l'art et en muséologie, Géraldine Bretault est conférencière, traductrice et rédactrice dans le secteur culturel, collaboratrice régulière de l'ICOM, des Rencontres d'Arles, de la revue de design Etapes. Membre de l'Association des traducteurs littéraires de France et du Syndicat de la critique de théâtre, musique et danse, elle a rejoint l'aventure de Toute La Culture en 2011, autour des rubriques Danse, Expos et Littérature. Elle a par ailleurs séjourné à Milan (2000) et à New York (2001, 2009-2011), où elle officiait en tant que Docent au Museum of Arts and Design et au New Museum of Contemporary Art.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *