Essais

« Simone Veil, mon héroïne », l’hommage de Leïla Slimani

« Simone Veil, mon héroïne », l’hommage de Leïla Slimani

16 novembre 2017 | PAR Marine Stisi

« Merci Simone », un remerciement comme une épitaphe qu’on peut lire partout, sur les réseaux sociaux, sur les t-shirts, sur les unes des journaux, depuis la disparition en juin dernier de Simone Veil. Leïla Slimani, Prix Goncourt 2016 pour son roman Chanson Douce, a elle aussi voulu faire entendre sa voix et a publié quelques mots dans L’hebdomadaire Le 1. Des mots aujourd’hui publiés aux Editions de l’aube et illustrés tel un conte pour grands enfants.

Au dessus de son bureau, Leïla Slimani, lauréate du Prix Goncourt en 2016, représentante personnelle d’Emmanuel Macron pour la francophonie depuis le début du mois de novembre 2017, a accroché une photo de Simone Veil. Comme un rappel d’où nous venons, nous les femmes. De à qui nous devons une partie de nos libertés :

Sur cette photographie, elle porte un chemisier blanc et ses longs cheveux noirs sont détachés. Son regard fixe l’objectif avec une détermination qui impressionne. Elle est belle comme une star de cinéma. C’était mon héroïne à moi.

Ces libertés-là, celle d’avorter en toute sécurité, notamment, ce n’est pas rien, pour cette écrivaine qui vient de publier Sexe et mensonges, un livre sur la question du sexe dans son pays d’origine, le Maroc. Là-bas, le sexe est camouflé, toujours tue et étouffé. Tout le monde le fait, mais le tout le monde continue de prétendre le contraire. Leïla Slimani a grandi dans cette culture de la dissimulation. Les combats de Simone Veil, la force de cette femme déportée à Auschwitz et devenue 30 ans plus tard Présidente du Parlement européen, l’ont beaucoup marqué.

Au moment de son décès, l’autrice a publié ce texte dans Le 1, et l’hebdomadaire publie aujourd’hui ses mots dans un petit livre au format presque livre pour enfants, illustré par Pascal Lemaître (qui a également illustré dans la même collection La part du colibri de Pierre Rabhi ou Dessine-moi un homme de Stéphane Hessel). Un petit livre à garder sur la table du salon et à laisser feuilleter par tous les visiteurs.

Leïla Slimani, Simone Veil, mon héroïne, Editions de l’aube, 96 pages, 10€.

Amazon va adapter «Le Seigneur des anneaux» en série
Warhaus : « nous n’en avons pas encore fini avec Balthazar »
Marine Stisi
30% théâtre, 30% bouquins, 30% girl power et 10% petits chatons mignons qui tombent d'une table sans jamais se faire mal. Je n'aime pas faire la cuisine, mais j'aime bien manger.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *