Essais

Rémi Brague se déclare « Modérément moderne »

Rémi Brague se déclare « Modérément moderne »

02 juillet 2014 | PAR Jean-Paul Fourmont

Membre de l’institut, professeur de philosophie à l’université de Paris 1 Panthéon Sorbonne, et à la Ludwig Maximilians université de Munich, Rémi Brague publie un essai, Modérément moderne.

[rating=4]

TEMPS MODERNE
Il faut être « modérément moderne », et non « résolument moderne », comme le préconisait Rimbaud dans un slogan aussi galvaudé que creux.
Et prendre ses distances d’avec cette maladie, la » modernité ».
De ces fameux « temps modernes », que peut dire un philosophe qui a décidé d’avancer masqué ?
Ni la révolution technique, ni l’urbanisme, ni la société civile, ni même la personne comme sujet de libertés, qu’à inventer la modernité ?
Les idées modernes ne sont que des idées pré modernes, maquillées comme une marchandise volée.

LA CULTURE EUROPENNE
La culture européenne qui a envahi le globe, a perdu confiance en elle-même chez nombre de ses bénéficiaires.
Elle n’est plus capable de fonder un humanisme crédible et défendable.
Comme a dit Charles Péguy « le monde moderne est aussi essentiellement parasite. Il ne tire sa force ou son apparence de force que des régimes qu’il combat, des mondes qu’il a entrepris de désintégrer » ;
Ce point de vue est partagé par l’auteur anglais Gilbert k Chesterton »Le fait est là : le monde moderne vit sur un capital catholique .Il utilise et use les vérités qui lui restent du vieux trésor de la chrétienté. Le monde moderne ne commence pas des choses nouvelles… »
Rémi B                                                                                                                                                                                                                                          rague estime que la tradition équivaut à la démocratisation des morts.
Pour lui la modernité qui prétend rompre avec l’antiquité païenne comme avec le moyen âge chrétien, en jouant l’une contre l’autre ces deux périodes, à tort.
Moderne au départ, c’est un curseur, il faut cesser de vouloir être plus moderne.
Il y a également une inflation du mot culture, et pour conséquence une disparition de la culture en tant que, car on applique la culture à tout.
Pour préparer l’avenir, il faut respecter le passé et prendre à l’instant présent, les décisions qui s’imposent.
Rémi Brague après son travail sur le monde grec et le moyen âge, nous livre un essai très
savant et tonique.

Rémi Brague, Modérément moderne, éditions Flammarion, mars 2014, 375 pages, 21 euros.

visuel : couverture du livre

La recette de Claude : figues au jambon et à la mozzarella
[Live report] Festival Django Reinhardt : de la pluie et du jazz à Samois-sur-Seine
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *