Jazz

[Live report] Festival Django Reinhardt : de la pluie et du jazz à Samois-sur-Seine

[Live report] Festival Django Reinhardt : de la pluie et du jazz à Samois-sur-Seine

02 juillet 2014 | PAR Delphine Habert

Du 25 au 29 juin, Samois-sur-Seine accueillait la 35ème édition du festival Django Reinhardt pour célébrer le jazz manouche et ses artistes. Nous y étions samedi, une journée certes pluvieuse mais musicalement agréable.

Django Reinhardt a vécu non loin de l’île du Berceau, à Samois-sur-Seine, à la fin de sa vie. Depuis 35 ans, le festival Django Reinhardt rend hommage à l’artiste et au style musical qu’il a créé

En entrant sur l’île du Berceau, on découvre d’abord la grande scène, puis on goûte ensuite aux joies des improvisations dans les stands de luthiers. L’utilisation des guitares est ouverte à tous : aux plus jeunes comme aux plus âgés, aux débutants comme aux experts, aux amateurs comme aux professionnels bien connus du milieu, donnant ainsi la chance au public d’apprécier des moments uniques d’accros de Django.

Sur la grande scène, les concerts se sont enchainés de 16h30 à 23h30. Dès 17h, la pluie a commencé à se mêler à la fête mais n’a pas empêché le public de rester présent, la plupart des spectateurs se serrant dans les gradins abrités, en espérant trouver une place assise, et les plus courageux restant sous le déluge, devant la scène, munis de cirés et de beaux parapluies colorés.

De cette soirée on retiendra le très féminin Christine Tassan et les Imposteures, un quartet composé de quatre musiciennes tout droit venues du Québec. Un concert frais, sans prétention, avec beaucoup de reprises, en bref un beau combo musical. Les artistes Snarky Puppy ont su faire apprécier au public leur contemporanéité, à travers des changements de rythme et de mélodie brusques qui font qu’on ne peut pas s’attacher au morceau par la répétition mais par l’inventivité et la précision musicale du collectif. Les Gipsy Kings sont ensuite arrivés en star, faisant danser la foule, en particulier sur leur Djobi Djoba et sur le Volare final.

Visuels : © DR, Michel Pinault, Hinrich Wulff, DR, Eric Erickson

Rémi Brague se déclare « Modérément moderne »
Les sorties cinéma de la semaine du 2 juillet
Delphine Habert

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *