Essais
« Les Brutes en blanc » : Martin Winckler dénonce la maltraitance médicale

« Les Brutes en blanc » : Martin Winckler dénonce la maltraitance médicale

17 octobre 2016 | PAR Julien Coquet

Le dernier ouvrage du plus célèbre des médecins français fait actuellement couler beaucoup d’encre. En effet, dans Les Brutes en blanc, Martin Winckler dénonce la maltraitance médicale, selon lui endémique au système médical français.

Martin Winckler est à la littérature ce que Thomas Lilti (Hippocrate, Médecin de campagne) est au cinéma : un médecin qui s’est extrait du milieu de la médecine pour mieux parler de sa spécialité. De 1983 à 2008, Martin Winckler a en effet exercé la médecine générale en France et a écrit des romans comme La Maladie de Sachs et Le Chœur des femmes. Ici, dans cet ouvrage, Les Brutes en blanc. La maltraitance médicale en France, l’ex-médecin s’attaque à un mal qu’il annonce très présent dans la médecine française.

Dans une première partie, il se préoccupe de définir les termes de ce dont il va parler, revenant sur les notions éthiques principales de la médecine : le serment d’Hippocrate (« guérir parfois, soulager souvent, écouter toujours ») ou encore le Code de déontologie des médecins. Cela conduit Martin Winckler à donner une définition de la maltraitance médicale : « Pour reconnaître la maltraitance médicale, il suffit de se rappeler que le but de soin, c’est que le patient aille mieux ou, au moins, se sente mieux après avoir vu le soignant ».

Ensuite, l’auteur dresse un portrait des différentes victimes de la maltraitance, des femmes aux homosexuel(le)s en passant par les personnes handicapées, celles à revenus faibles, etc. La maltraitance médicale, l’essayiste le souligne souvent, prend de multiples formes : jugements de valeur, doute sur la crédibilité du patient (« c’est dans votre tête »), sexisme, racisme, intolérance… L’auteur s’applique à relever des cas qui lui ont été rapportés sur son blog ou qu’il a entendu de la bouche de ses patiens.

La troisième partie, intitulée « La Fabrique des brutes en blanc », tente de répondre à la question du bandeau : « Pourquoi y a-t-il tant de médecins maltraitants ? ». Winckler dénonce la hiérarchie omniprésente dans le milieu médical et le mépris qui existe d’une spécialité à l’autre. Là où l’essai manque peut-être de convaincre, c’est sur la question du nombre de maltraitances. Existe-t-il tant que ça de médecins maltraitants ?

L’ouvrage se conclut par des conseils aux patients ayant déjà souffert de maltraitance et encourage ces derniers à parler, à porter plainte, que cela soit sur internet ou au commissariat.

Martin Winckler, Les Brutes en blanc, Editions Flammarion, 366 pages, 16,90€

Date de parution : 5 octobre 2016

Le voile de la vérité : Hearing de Amir Reza Koohestani
Agenda de la semaine du 17 octobre
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *