Essais
« le Sénat », une oeuvre importante de Gisèle Berstein

« le Sénat », une oeuvre importante de Gisèle Berstein

27 mars 2015 | PAR Jean-Paul Fourmont

Spécialiste de la vie politique sous la IIIe République, Gisèle Berstein est docteur ès lettres. Elle a dernièrement écrit un bel ouvrage sur le Sénat de 1920 à 1940, lequel a fait l’objet d’une publication aux éditions du CNRS. Il s’agit de première étude exhaustive réalisée sur la haute assemblée, ce rouage essentiel de la vie politique d’alors.

[rating=5]

senatLE SENAT, UN PILIER ESSENTIEL DE LA REPUBLIQUE NAISSANTE
Après la chute du Second Empire, le Sénat devient l’un des piliers du régime républicain naissant. La vocation initiale de cette chambre haute consistait à limiter les possibles emportements de la chambre basse. D’ailleurs, la haute assemblée comptait originellement des sénateurs inamovibles.

Les hommes qui le composent, i.e. des notables essentiellement ruraux, sont très majoritairement radicaux ou républicains modérés, profondément attachés au caractère parlementaire des institutions, à la laïcité, au libéralisme économique et politique, ainsi qu’à la défense nationale. Le souvenir de la Grande Guerre restait en effet frais.

LE SENAT, UNE SOURCE DE STABILITE PENDANT L’ENTRE-DEUX-GUERRES
Comme le montre Gisèle Berstein dans cette vaste fresque, ces éléments constitutifs de la tradition républicaine se trouvent menacés dans l’entre-deux-guerres par les troubles qui affectent la France. Ces dangers conduisent le Sénat, qui se considère comme le gardien du régime, à mener un incessant combat contre les empiètements du gouvernement sur le droit de contrôle de cette Assemblée, contre la poussée communiste et contre les risques d’étatisation qu’il croit discerner dans l’expérience du Front populaire.

Selon l’auteure, la perte d’influence du Sénat annoncerait la crise du régime parlementaire et finalement de la République. Le Sénat assiste impuissant au double échec de 1940 qu’il a tenté en vain d’éviter : la défaite militaire de la France devant l’Allemagne nazie et l’effondrement du régime républicain, même si des élus s’opposèrent courageusement au changement de régime.

A lire !

Gisèle Berstein, Le Sénat sous la IIIe République (1920-1940), CNRS éditions, 2014, 492 p., 27 euros.

visuel : couverture du livre

[Carnet de voyage] Pérégrinations culturelles dans la baie de Tampa
« Eau sauvage » au Théâtre Paris-Villette : toute petite vie qui nous laisse troublés
Jean-Paul Fourmont
Jean-Paul Fourmont est avocat (DEA de droit des affaires). Il se passionne pour la culture, les livres, les gens et l'humanité. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture