Essais

Laurent Dubreuil : Portraits de l’Amérique en jeune morte.

Laurent Dubreuil : Portraits de l’Amérique en jeune morte.

25 septembre 2019 | PAR Jean-Marie Chamouard

Laurent Dubreuil publie un essai sur le déclin de l’Amérique qui est original et très personnel, utilisant des registres variés allant du fantastique au lyrisme, à l’analyse politique et à la philosophie.

« La jeune défunte gît à terre. Elle se nommait América ». Puis à propos de son enterrement, il est écrit « ni fleurs, ni pleurs, ni couronnes » : manifestement le jugement de Laurent Dubreuil sur les Etats Unis est sans appel. En fait « América » c’est le rêve américain. Ce rêve s’est étiolé puis il a disparu. L’auteur explique pourquoi ce songe si puissant s’est éventé. C’est d’abord la perte de l’innocence ou plutôt de l’illusion de l’innocence. L’American Way of life s’est banalisé et se réduit au monde des supermarchés. Le mythe de la nouvelle frontière n’existe plus malgré les westerns, il s’est englué dans la technologie californienne. La fascination de l’Amérique pour la violence est évoquée par des histoires de zombies et de vampires. L’auteur à recours au fantastique pour parler des danses macabres qui entourent « América ». La description des zombies porte-paroles de l’ordre capitaliste mais surtout « des petits blancs »est féroce. L’auteur parle de la vie amputée de ces petits blancs qui tentent de survivre et des survivalistes qui transposent la mystique des pionniers dans une Amérique post apocalyptique. Le livre se termine par la vision d’América reposant, aveugle et morte dans son cercueil de verre.

Laurent Dubreuil est un critique littéraire et philosophe français âgé de 46 ans. Il vit aux Etats Unis depuis 2005 dans une région rurale de l’état de New York et il exerce le métier de professeur d’université. Ce livre a été écrit en 2016 avant l’élection de Donald Trump …. . Laurent Dubreuil a voulu faire un essai poétique et lyrique. La construction de cet essai est originale. Dans chacun de ces sept portraits il alterne des considérations théoriques et de courtes scènes de la vie quotidienne. Celles-ci sont éloquentes et se situent parfois au milieu de nulle part, dans une Amérique profonde qu’il parait bien connaitre. La partie théorique fait appel à la philosophie, l’histoire politique et la mythologie. L’humour et la dérision sont omniprésents dans le texte et sont souvent décapants voire dévastateurs. Le style est rapide, percutant, rythmé pouvant parfois faire évoquer le Rap. Ce livre est une déconstruction du rêve et des mythes fondateurs de l’Amérique.
Le thème de cet essai, le déclin d’une Amérique que l’auteur juge moribonde est somme toute classique mais il est abordé de manière subjective originale et parfois provocante. L’intérêt de ce court ouvrage réside dans son style et sa construction qui ne peuvent laisser le lecteur indifférent.

Laurent Dubreuil, Portraits de l’Amérique en jeune morte, Editions Léo Scheer, 121 pages, sortie le 2 Octobre 2019.

visuel : couverture du livre

Le lancement de saison en beau chantier du Paris Villette
Mariko Ichikawa réinterprète le kimono
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *