Essais
La falsification de l’Histoire, Laurent Joly révèle les desseins de l’extrême droite

La falsification de l’Histoire, Laurent Joly révèle les desseins de l’extrême droite

18 janvier 2022 | PAR Amelie Blaustein Niddam

Depuis un peu plus de dix ans, le polémiste devenu l’un des candidats de l’extrême droite à l’élection présidentielle, Eric Zemmour, assène des mensonges historiques. L’historien Laurent Joly a pris cette obsession au sérieux et dans un court essai paru chez Grasset, il décrypte efficacement ce qui ce cache derrière ce culte du faux.

Laurent Joly est historien, directeur de recherche au CNRS, auteurs d’ouvrages fondamentaux sur l’histoire de France sous le régime de Vichy. Le plus récent est paru en 2018 : L’État contre les juifs. Vichy, les nazis et la persécution antisémite, toujours chez Grasset. Lui, comme d’autres, tous aussi capés que lui, tentent sans que cela ait le moindre effet d’attaquer directement Eric Zemmour dans un modèle classique de fait contre fait.

Mais le jeu est biaisé. Le polémiste se sert de l’histoire comme d’un pion qu’il bouge au gré de ses besoins. On aura vu, chose folle, le premier spécialiste de Vichy, Robert Paxton, 90 ans aujourd’hui, se sentir obligé de répondre aux âneries assénées sur des chaines de télévisions dédiées à la haine. Nous l’avons vu, chaque intervention sérieuse a été démontée en plateau en quelques secondes avec un aplomb déconcertant.

De la même façon que l’organisation Flat Earth Society (si, ça existe !) regroupe 15 millions de membres persuadés que la terre est plate, Eric Zemmour lui pense que Pétain a sauvé des juifs. Cela parait fou, et pourtant, « ça » prend, « ça » débat.  L’affirmation est pourtant démontable en une archive, celle du statut des Juifs d’octobre 1940 signé de la main 100% française du Maréchal. Mais pour Eric Zemmour, il n’en est rien. Il continue à affirmer cette fake news avec un aplomb terrifiant.

En quatre chapitres, Laurent Joly tente de comprendre. L’apport majeur de La falsification de l’Histoire, sous-titrée « Eric Zemmour, l’extrême droite et les juifs », et de remettre ces propos dans une chronologie. On comprend alors que le verbe de Zemmour se niche dans les mots de Philippe Pétain même et qu’il n’est pas le premier.

L’ouvrage, très référencé, montre brillamment le maillage qui mène de Robert Aron à Charles Mauras, puis de Mauras à François-Georges Dreyfus et Jean-Marie Le Pen. Tous ont utilisé le mythe du glaive et du bouclier né dans l’immédiat après guerre. Folie qui venait dire que Pétain et De Gaulle étaient de mèche, en mode good cop/bad cop. Pétain sur place aurait donc été là pour limiter les dégâts (les juifs étrangers) et De Gaulle pour réhabiliter (Pétain gracié après son procès).

L’ouvrage prouve que ce qui semble être une obsession, une folie, une pathologie, n’en est rien. Il s’agit, montre Joly, d’un projet politique calme et précis : « unir les droites sous l’étendard du racisme et du rejet des musulmans ». (…) « La raison d’Etat primant sur tout, on comprend où le doctrinaire d’extrême droite veut en venir en réécrivant ainsi l’histoire de Vichy : à la justification de son projet politique xénophobe et anti-musulman. Comme si cette projection obsessionnelle autorisait toutes les falsifications »

Il ne sert à rien de croire aux miracles, le livre de Laurent Joly ne permettra pas de faire taire Eric Zemmour. Il permet en revanche de dépassionner le débat et de saisir, ce n’est pas une bonne nouvelle, que sous des allures de bête médiatique se cache un pétainiste convaincu, bien entouré, conscient de ses pairs et de son héritage.

Laurent Joly, La falsification de l’Histoire, « Eric Zemmour, l’extrême droite, Vichy et les juifs », Grasset, 133 p, janvier 2022, 12 euros.

Visuel : couverture du livre – photo © Gettyimages

Carole Quettier et Anne-Sophie Lancelin ouvrent Faits d’Hiver avec deux soli formidablement désaxés
Les nommés du Prix Marcel Duchamp 2022
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture