Essais

Akram Belkaïd : L’Algérie, un pays empêché, en 100 questions.

Akram Belkaïd : L’Algérie, un pays empêché, en 100 questions.

09 mai 2019 | PAR Jean-Marie Chamouard

L’Algérie a beaucoup d’atouts avec sa jeunesse nombreuse et éduquée et ses richesses naturelles. Néanmoins, l’Algérie est « un pays empêché » sur le plan politique comme sur le plan économique et social. Akram Belkaïd, journaliste au Monde Diplomatique et au Quotidien d’Oran, aborde en 100 questions et 100 réponses les difficultés et les perspectives de l’Algérie contemporaine.

Le livre débute par un bref rappel historique du passé berbère et des violences de la conquête et de la colonisation française. Akram Belkaïd souligne les zones d’ombres et les conflits internes d’une guerre d’indépendance restée néanmoins mythique pour beaucoup d’Algériens. L’indépendance débutera dans la violence politique avec les coups d’états de 1962 et de 1965 qui marqueront la culture politique du pays. Le choix initial du socialisme sera déterminant sur le plan économique. Dans les années soixante dix et quatre vingt, sous la présidence de Chadli, l’échec des timides réformes économiques s’accompagnera d’une montée de la corruption et de concessions aux Islamistes. Cette situation politique explique l’irruption, après les émeutes d’octobre 1988, des islamistes du FIS (Front islamique de Salut). L’affrontement entre le pouvoir et les islamistes pendant la décennie noire (1992- 1999) laissera un traumatisme majeur dans le pays. Elle se terminera par la victoire militaire de l’armée et par l’accès au pouvoir d’Abdelazid Bouteflika qui permettra le retour à la paix civile. L’immobilisme des années Bouteflika se terminera par sa tentative de cinquième candidature, vécue comme le mépris absolu du peuple de la part d’un pouvoir en bout de course.

L’auteur aborde ensuite les problèmes structurels de l’Algérie. La pression démographique est persistante et s’accompagne d’une concentration de la population sur la zone côtière. La détresse de la jeunesse, tenue à l’écart de la vie politique et économique s’accompagne d’une tentation persistante de « partir à tout prix ». L’économie algérienne est marquée par la dépendance aux hydrocarbures qui créent une économie de rente. Celle ci favorise la corruption et freine la diversification de l’économie. Malgré une agriculture dynamique, l’Algérie souffre d’insécurité alimentaire. L’auteur décrit ensuite la richesse de la culture algérienne en particulier dans les domaines de la littérature et de la musique. Le livre se termine par le rapport de l’Algérie au monde. Bonnes avec la Tunisie, très froides avec le Maroc, les relations de l’Algérie sont distendues avec le reste du monde arabe et distantes voire hostiles avec l’Afrique noire. L’Algérie regarde vers le nord, vers l’Europe et en particulier vers la France avec laquelle les relations se sont progressivement apaisées.

La lecture de ce livre est facile et agréable. Les questions sont très diversifiées et les réponses d’Akram Belkaïd sont courtes mais très claires et bien argumentées. Elles offrent au lecteur un panorama complet de l’Algérie. Grâce à un excellent rappel historique, l’auteur décrit bien le retentissement sur l’opinion publique algérienne de la violence politique et de la décennie noire. De nombreuses personnes sont affectées par un stress post traumatique. Le peuple se désintéresse de la vie politique et sait que le régime est prêt à tout pour survivre. Les algériens se sentent méprisés et ce désenchantement explique la ré-islamisation rampante du pays.
Les questions sur la jeunesse, sur la société et sur la culture font rentrer le lecteur dans la vie quotidienne des Algériens.Les réponses apportent un point de vue nuancé sur un pays qui se situe dans un entre deux, entre islam et laïcité et entre tradition et modernité. A la lecture de ce livre les défis à venir de l’Algérie paraissent majeurs.

Au moment où le destin de l’Algérie parait à nouveau en suspens ce livre apporte au lecteur les informations nécessaires pour mieux comprendre ce pays et son tournant historique actuel.

Akram Belkaïd, L’ALGERIE Un pays empêché en 100 questions, Tallandier, 333 pages, 15,90 euros, sortie en avril 2019.
visuem : couverture du livre

Itzik Giuli : « Le Festival Israël ouvre sur différentes façons de penser les arts vivants à notre époque ».
Venise, jour 1 : Giardini – L’art vidéo et les dessous de la réalité à l’honneur à la 58e biennale
Jean-Marie Chamouard

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *