Livres
« Dans le jardin des martyrs américains » de Tobias Wolff, le vrai visage du quotidien.

« Dans le jardin des martyrs américains » de Tobias Wolff, le vrai visage du quotidien.

09 septembre 2014 | PAR Le Barbu

poche og1Tobias Wolff est né en 1945 dans l’Alabama. Après le lycée, il travaille sur un bateau, puis s’engage en 1964 dans l’armée. Revenu quatre ans plus tard à la vie civile, il entre à Oxford et commence à travailler comme reporter, serveur, veilleur de nuit, puis enseignant. Il remporte en 1975 la bourse Wallace Stegner attribuée par l’Université Stanford, où il est aujourd’hui titulaire de la chaire de lettres. Il est considéré comme l’un des maîtres de la nouvelle américaine.

[rating=5]

Se sentir irréprochable, inébranlable, mais regarder son collègue, sa voisine, son épouse du coin de l’oeil et tenter de discerner ce qui se cache sous l’eau qui dort. Faire remonter à la surface le vrai visage d’une nature humaine aseptisée, dissimulée derrière le masque du quotidien. Parmi les douze histoires ici recueillies se trouvent un adolescent qui invente de morbides mensonges sur sa famille,  trois chasseurs qui se tiennent l’air de rien sur le seuil de la barbarie, une enseignante prête à venger les martyrs sacrifiés sur l’autel de la réussite.

Dans ce recueil de nouvelles Tobias Wolff  pénètre nos secrets les plus intimes pour nous les révéler. C’est un peu comme se regarder dans un miroir. Le regard est subtil, perçant, bienveillant et sensible. Ces martyrs ne sont pas les héros de l’Amérique. Leurs vies ne sont pas exaltantes, mélange de banalité, de routine, de certitudes, de voyeurisme et d’ennui. Mais cela ne les empêche pas de se projeter, d’espérer, pour finalement lâcher prise et tenter l’aventure qui donnera un peu de piment à leur vie. Rien dans ces petites bouffées de folie n’est véritablement exotique ou palpitant car la route sécurisée et sécurisante n’est jamais bien loin. Ce qui est sûr, c’est que ces martyrs nord-américains refusent toujours d’être des perdants. L’un des recueils de nouvelles les plus puissants de ces dernières années.

« Dans le jardin de martyrs américains » de Tobias Wolff, traduit par François Happe, collection Totem, éditions Gallmeister, aout 2014.

« Positive Book »: La transition positive est en marche
Gagnez 5×2 places pour Andrew Weatherall, Matias Aguayo et Cracki Records au Showcase le 12 septembre
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture