Polars
« Rattrape-le ! » de Jake Hinkson : Amérique puritaine mais pas pure

« Rattrape-le ! » de Jake Hinkson : Amérique puritaine mais pas pure

25 juillet 2022 | PAR Julien Coquet

Une jeune fille part à la recherche de l’homme qui l’a mise enceinte, disparu sans crier gare. Un roman malheureusement mineur d’un écrivain de polars majeur.

Jake Hinkson connaît par cœur le poids de la religion au sein de certaines communautés américaines. Ce fils d’un prêcheur baptiste de l’Arkansas sait à quel point la religion, érigée en modèle et en mode de vie à suivre, entrave la liberté et condamne à la bigoterie. Sans lendemain, Grand Prix de littérature policière, auscultait l’arrivée d’une femme qui tombait amoureuse de la femme d’un pasteur. Au nom du bien reprenait le thème de l’homosexualité : après avoir couché avec un jeune homme, un pasteur se retrouvait pris au piège du chantage.

Dans ce cinquième roman publié en français, Jake Hinkson reprend deux recettes qu’il connaît et qui fonctionnent : l’Arkansas et la religion. Lilly est bien préoccupée. Fille du pasteur de la communauté, ce « modèle parfait de la pieuse adolescente pentecôtiste » est mis à rude épreuve : à dix-huit ans, elle est enceinte. Et son petit ami, Peter, qu’elle s’apprêtait à épouser, a pris la poudre d’escampette. Rien de plus normal selon les gens qu’elle interroge : n’importe quel garçon aurait pris les jambes à son cou face à de si grandes responsabilités. Mais Lilly n’y croit pas, et le silence de Peter doit bien cacher des choses.

La critique de l’Eglise est, comme à son habitude, parfaitement bien menée. On sent tout le poids de la religion qui dicte des comportements liberticides (« nombre de ses amies de la paroisse regrettent secrètement de ne pas pouvoir porter de maquillage, de boucles d’oreille et d’autres objets ostentatoires ») et tout le poids des regards d’une petite communauté. Portés par l’amour du Christ et la bienveillance, les croyants ne peuvent s’empêcher de parler les uns sur les autres, et de juger, tout en étant eux-mêmes moralement condamnables. Le problème de Rattrape-le ! réside dans son rythme, trop lent et étiré pour une histoire qui n’en valait pas la peine. Une faute peut-être imputable au style, trop relâché et simple, où chaque action est décrite, sans qu’elle serve forcément à caractériser le personnage qui l’effectue. Si vous cherchez à découvrir Jake Hinkson, préférez L’Enfer de Church Street, Sans lendemain ou Au nom du bien.

« Les ministres du pentecôtisme unitaire ont une tâche ardue. D’abord ils doivent convaincre les gens de se soumettre devant le Christ pour voir accueillir le Saint-Esprit et parler en langues. C’est déjà considérablement difficile, mais les Pentecôtistes unitaires rejettent aussi la doctrine de la Trinité – l’idée que Dieu est contenu dans trois Personnes : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. Selon eux, Jésus Christ est une divinité singulière qui prend les titres symboliques de Père, Fils et Saint-Esprit mais reste toujours et pour l’éternité une Personne. »

Rattrape-le !, Jake Hinkson, Gallmeister, 384 pages, 24,40 €

Visuel : Couverture du livre

L’agenda classique du 26 juillet 2022
Agenda de la semaine du 25 juillet
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture