Beaux-Livres
Le Monde a 70 ans…

Le Monde a 70 ans…

12 octobre 2014 | PAR Le Barbu

4481189_4_d776_le-monde-70-ans-d-histoire-ouvrage-collectif_8ce53927a51da4fdf6c1f5b950daa2bd

[rating=5]

Le Monde fête ses 70 ans et a décidé de marquer le coup en publiant un livre illustré de près de 500 pages, que vous avez pu découvrir en librairie le 24 septembre, soit près de trois mois avant la date anniversaire (le premier numéro est sorti le 18 décembre 1944).  

Au fil de l’ouvrage, les grandes plumes qui ont fait Le Monde (Alain Frachon, Jacques Amalric, André Laurens…) reviennent sur de grandes dates à travers des contributions inédites, tandis que Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin, toutes deux grands reporters au Monde, prolongent leur série d’été « Le jour où Le Monde… », retraçant les événements marquants de l’histoire du quotidien, également marquants pour la société française.

21000 numéros

Le Monde, 70 ans d’histoire est un livre qui entrecroise la chronique intime du journal et le récit journalistique, numéro après numéro, des événements qui ont marqué ces sept décennies. Soixante-dix ans, 21 000 numéros. Septembre 1944, de Gaulle lance à son ministre de l’information, Pierre-Henri Teitgen : « Refaites-moi Le Temps ! Choisissez un directeur dont le passé de résistant et la compétence de journaliste ne peuvent pas être mis en cause… » Et c’est ainsi, fort d’un tel parrainage, qu’Hubert Beuve-Méry fonda Le Monde. A la « une » du premier numéro, on peut lire que l’ambition de ce nouveau journal est « d’assurer au lecteur des informations claires, vraies et, dans toute la mesure du possible, rapides, complètes… »

Ce qui était le quotidien de la rue des Italiens est aujourd’hui le journal – papier et site Internet – du boulevard Auguste-Blanqui. D’un immeuble à l’autre, le journal a été au cœur de grandes mutations, et il est toujours au centre d’enjeux forts. Une trentaine de journalistes, des « grandes signatures » passées et actuelles, évoquent un moment-clé de cette histoire: des anciens directeurs (André Laurens, Jean-Marie Colombani, Eric Fottorino, Alain Frachon), des anciens directeurs de la rédaction (Thomas Ferenczi, Daniel Vernet, Bruno Frappat, Sylvie Kauffmann), des « figures » de la rédaction (Yvonne Baby, François Bott, Jacques Amalric, Bernard Guetta, Philippe Boggio, Philippe Simonnot).

Le livre est découpé en huit chapitres chronologiques, de la IVe République aux années Hollande, dans lesquels vous retrouverez quelques articles qui ont scandé l’histoire du journal, présentés à la manière du Monde (International, France, Société, Economie, Culture, Sports, Disparitions…).

C’est l’occasion de retrouver des plumes comme Hubert Beuve-Méry évidemment, Pierre Viansson-Ponté, Jean-Marc Théolleyre, Robert Guillain, Olivier Merlin, Eugène Mannoni, Jean Lacouture, Jean-Claude Guillebaud, Edwy Plenel, Erik Izraelewicz… Tant d’autres encore. Vous découvrirez par exemple qu’un des articles consacrés à la mort du général de Gaulle fut confié à Pierre Mendès France. Et pour la mort de François Mitterrand, à Jean d’Ormesson.

Dans cet ouvrage, vous retrouverez également dans son intégralité la série « Le jour où…», que Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin ont publiée pendant deux ans dans Le Monde, dont douze volets cet été.

Deux textes mettent un point – non final – à ce livre, qui évoquent le journalisme d’hier et celui de demain. Le journalisme tout court. L’un est signé Damien Leloup, qui vient de la culture Internet. L’autre est de Pierre Georges, figure de notre journal dans les années 1970 à 1990, un ancien, qui s’adresse au futur. Et qui a foi dans le journalisme.

 
Le Monde, 70 ans d’histoire, ouvrage collectif coordonné par Franck Nouchi. Flammarion, 496p,
150 photos couleur, fac-similés et dessins de presse, Prix: 39,90 €. A paraître le 24 septembre.
9782081335042_1_75

Les 1001 guitares avec lesquelles vous rêvez de jouer
[Live report] « Back to punk » à la Cigale : le talent des Traams, et la sublime tentative de Cheveu
Le Barbu
Le Barbu voit le jour à Avignon. Après une formation d'historien-épigraphiste il devient professeur d'histoire-géogaphie. Parallèlement il professionnalise sa passion pour la musique. Il est dj-producteur-organisateur et résident permanent du Batofar et de l'Alimentation Générale. Issu de la culture "Block Party Afro Américaine", Le Barbu, sous le pseudo de Mosca Verde, a retourné les dancefloors de nombreuses salles parisiennes, ainsi qu'en France et en Europe. Il est un des spécialistes français du Moombahton et de Globalbass. Actuellement il travaille sur un projet rock-folk avec sa compagne, et poursuit quelques travaux d'écriture. Il a rejoint la rédaction de TLC à l'automne 2012 en tant que chroniqueur musique-société-littérature.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture