Beaux-Livres
« 100 films que tu n’as pas vus mais que tu vas adorer » de Pardon le cinéma : Des films pas comme les autres

« 100 films que tu n’as pas vus mais que tu vas adorer » de Pardon le cinéma : Des films pas comme les autres

20 janvier 2022 | PAR Julien Coquet

L’équipe du podcast Pardon le cinéma présente son premier livre, regroupant des films peu connus ou inconnus, mais tous portés par l’amour des animateurs cinéphiles.

Tous les vendredis, l’équipe de Pardon le cinéma donne son avis sur les meilleurs films du moment (et les pires également), tout en recommandant des films déjà sortis et peut-être passés inaperçus. Comme l’explique Victor Bonnefoy (alias InThePanda) en introduction du livre, l’équipe animatrice est éclectique et permet de couvrir différents pans du Septième art : « une amoureuse d’histoires tendres qui font pleurer des rivières, d’un journaliste à la plume acerbe perdue au fond du bayou, d’une festivalière accrochée de toute son âme au cinéma de genre, ou encore de ce fin connaisseur du cinéma patrimoine parfois disparu et trop rarement mis en lumière ».

Les animateurs nous font donc part de leur amour du cinéma pour ces films passés à côté du radar. Pour la partie « Invincible douceur », Sophie Grech se penchent sur les films qui touchent votre âme (histoires d’amour bien sûr) et qui vous feront sortir les mouchoirs. Elle met par exemple en avant La Barbe à Papa de Peter Bogdanovich, une belle histoire entre une orpheline et un escroc. Le cinéma de genre est souvent mis à l’honneur, notamment dans les rubriques « Midnight cinema » et « Introuvables ou presque ». Les films bizarres se succèdent, ceux que l’on peine à voir par pudeur, et que l’on trouve difficilement sur le marché. Certains films donnent franchement envie, comme cet hongrois Final Cut : Hölgyeim és uraim (2012), entièrement composé d’autres films.

100 films que tu n’as pas vus mais que tu vas adorer, Victor Bonnefoy, Sophie Grech, Marc Moquin, Clara Benyamin, Simon Riaux, Hors Collection, 224 pages, 24,9 €

« Petite Solange » les bleus à l’âme de l’adolescence
« Buffles » : empoigner le théâtre par les cornes
Julien Coquet

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


Soutenez Toute La Culture