Livres

Album d’une vie : Monet, rencontre avec Florence Gentner

21 décembre 2010 | PAR Elise Arnould

    A l’occasion de l’exposition Monet au Grand Palais, rencontre avec Florence Gentner auteur d’un album d’une vie aux éditions du chêne.

  1. Comment avez-vous imaginé la collection « Album d’une vie » ? 

 

    Mon éditrice avait eu l’idée d’un album de souvenirs, composé comme si l’artiste, l’écrivain, l’avait réalisé lui-même au soir de sa vie.  Il fallait donc privilégier des documents de petites dimensions  parce que nous voulions entretenir la fiction de l’album : photos, dessins, articles de journaux, croquis… que l’artiste aurait pu retrouver dans son fonds personnel et qui aurait pu illustrer sa vie.  Pour suivre les évènements de son histoire, il fallait placer des annotations, mais l’idée d’écrire à la place du personnage (Claude Monet ou .. Victor Hugo !) m’arrêtait. J’ai décidé alors de trouver de vraies citations qui illustreraient au mieux les documents présentés. Il s’agit d’extraits de romans, de lettres, de propos rapportés par des contemporains, ce qui, me semblait-il, présentait un intérêt supplémentaire pour le lecteur. J’étais plus respectueuse de l’artiste ou de l’auteur en citant  ses propres écrits, ses propres paroles.

    En ce qui concerne les peintres, nous nous sommes retrouvées un peu prises au piège par la fiction de l’album de souvenirs.  Il était inenvisageable d’illustrer la vie de Claude Monet ou de Renoir sans présenter de tableaux, mais comment les intégrer à cette sorte de « scrapbook » sans briser l’illusion recherchée.  La graphiste a alors pris le parti de réaliser certaines pages très différentes, présentant les tableaux comme dans une sorte de galerie, et cette sélection répartie au fil des pages esquisse  une petite histoire de leur art. Le contexte artistique de l’époque et les évènements personnels de la vie de l’artiste permettent de mieux comprendre l’évolution du style.

     La vie du personnage est ainsi décrite, dans la première partie du livre, à travers  tous ces documents d’archives. Il est inévitable qu’on se pose des questions, en les parcourant. Ce sont les questions qui surgissent toujours quand on feuillette  l’album de souvenirs d’un ami, d’un parent. Le principe du livre veut alors qu’on se reporte dans la deuxième partie, où une biographie renvoyant aux pages illustrées livre toutes les clés !

 

Photographie Frédéric Baron-Morin

  • Comment s’est déroulé votre travail de recherches préliminaires?

 

    J’ai eu envie de commencer par Victor Hugo parce que je connaissais très bien la Maison de l’écrivain, Place des Vosges, où j’ai travaillé dans le passé. Je savais que j’y trouverais la plupart des documents, lettres, dessins, caricatures, documents d’archives, photographies, qui me seraient utiles. Bien sûr ce fonds est énorme et quiconque se plonge dans la vie de Victor Hugo manque de s’y noyer, car il a eu plusieurs vies.  J’ai d’abord sélectionné des documents qui auraient pu remplir cinq livres. Après il a fallu choisir. J’ai aussi eu le bonheur de me rendre quelques jours à Guernesey, dans la maison d’exil de Victor Hugo, qui vécut là 18 ans. J’ai eu la surprise d’y retrouver une excellente amie, Odile Blanchette, régisseuse de la Maison, qui m’a permis d’y travailler à mon aise et m’a ouvert les salles, la bibliothèque et les tiroirs. Avec une très grande gentillesse, elle a répondu à mes nombreuses questions. A mon retour, mes anciens collaborateurs de la Maison de Victor Hugo à Paris m’ont eux aussi apporté une aide précieuse. L’album devait refléter tous les aspects de la vie du grand homme, politique, littéraire, visionnaire, engagé contre la peine de mort, contre la misère, pour le progrès social et la condition des femmes, le témoin d’un siècle et, qui plus est, le grand amoureux que l’on sait!

J’ai travaillé en contact permanent avec la graphiste  Lauriane Tiberghien qui a fait un travail magnifique et très consciencieux. Elle est même allée aux puces pour retrouver des détails d’époque et conférer au livre un aspect d’album authentique comme des épingles, des rubans, des motifs décoratifs… L’éditrice et la directrice artistique apportaient aussi leur propre regard sur le livre. On m’a beaucoup encouragée à illustrer le contexte de l’époque. Par exemple, pour l’album Monet, le jardinier en chef de Giverny m’a parlé des commandes de graines passées par Claude Monet auprès de son pépiniériste, et nous en avons mis dans le livre. C’est une manière d’illustrer  la véritable passion éprouvée par le peintre pour son jardin.  Chez Hachette, il y a également un fonds documentaire important où j’ai pu trouver  des documents originaux, comme  des photographies de la tour Eiffel en construction, des Expositions universelles… . Les tableaux de Monet ayant été présentés à New-York de son vivant,  j’ai recherché aussi des photos des galeries où le public  américain les a découverts. Bref, nous nous sommes prises au jeu et Lauriane s’est amusée par exemple à laisser des points de colle qui laissent supposer qu’une photographie est manquante,  ce qui a motivé les réclamations de certains lecteurs..

 

 Photographie Frédéric Baron-Morin

  • Qu’est-ce que vous aimez dans votre métier ?

Apprendre !

Pour feuilleter le livre : cliquez ici

Ce fut un plaisir de rencontrer un auteur passionné, enthousiasmé par la recherche en quête de documents rares pour mettre en lumière la vie d’un l’auteur ou d’un peintre. Des livres extrêmement bien documentés, une écriture très fluide qui permet une lecture agréable. Pour respecter le parti pris de l’album, l’auteur développe en fin d’ouvrage une chronologie et invite le lecteur à naviguer entre les documents et la biographie qui les éclaire. Toutes les références des documents sont regroupées en seconde partie. Un beau cadeau de noël pour les amateurs.

Collection : Album d’une vie

Album d’une vie Victor Hugo
Album d’une vie Claude Monet
Album d’une vie Pierre-Auguste Renoir

 Editions du Chêne
Format : 285×245 mm
Pages : 176
Prix : 35.00 €

Critique du choix des libraires :   Renoir

Pour aller voir l’exposition le site du grand Palais : ici

Photographies du livre : Frédéric Baron-Morin

Le bel homme de nuit Gérald Nanty est mort, il emporte les secrets de la Fête Parisienne avec lui
Putman pour tous au Bazar de l’ Hôtel de Ville
Elise Arnould

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *