BD
Les Aventuriers de l’Etrange, l’équipée fantastique d’une maison d’édition de BD

Les Aventuriers de l’Etrange, l’équipée fantastique d’une maison d’édition de BD

15 juin 2021 | PAR Laetitia Larralde

Le 11 juin dernier est sorti Toubab de Núria Tamarit, paru chez Les Aventuriers de l’étrange. A cette occasion, nous avons rencontré Marc-Antoine Fleuret, créateur de cette jeune maison d’édition.

Toubab, le nouvel album

Avec Géante, son dernier album créé avec Jean-Christophe Deveney, la jeune autrice Núria Tamarit nous a prouvé la force de son dessin et sa capacité à créer un univers riche et complexe. Pour Toubab, sa nouvelle bande dessinée, elle est à la fois au dessin et au scénario. On y suit Mar, une jeune européenne de 17 ans, qui accompagne sa mère au Sénégal pour une mission de construction d’un centre culturel, le temps d’un long été. Confrontée à un mode de vie différent du sien, Mar va apprendre sur elle et s’ouvrir sur le monde. Sans grande révélation mais petit à petit, dans la distance entre sa culture et la culture wolof, Mar trouvera une façon d’exister qui lui est propre. Avec un beau dessin au style clair et affirmé, Toubab est une fable sur comment s’affranchir des diktats du monde pour s’émanciper, interrogation que l’autrice garde en trame de fond de tous ses albums.

Toubab est le troisième album de Núria Tamarit que Marc-Antoine Fleuret publie, et un quatrième est en préparation. Bien que Toubab ne cadre pas avec la ligne éditoriale des Aventuriers de l’étrange, « Des bd d’aventure et d’angoisse à la frontière du merveilleux », il tenait absolument à le publier car pour lui, la récurrence des auteurs dans ses collections est importante. Ainsi, le lecteur peut découvrir les différentes facettes du travail d’un auteur, avec qui il établit une relation de travail sur le long terme. Mais si Toubab a été créé pour un éditeur espagnol et est traduit dans plusieurs langues, dont l’italien, l’allemand et le japonais, la version française est différente des autres. Car Marc-Antoine Fleuret ne se contente pas d’une simple traduction des albums étrangers qu’il publie. Il s’implique dans chacune de ses parutions, et après discussion avec Núria Tamarit, ils ont décidé de rajouter six planches pour adapter la mise en page.

L’édition par le chemin des écoliers

Les Aventuriers de l’étrange est une jeune maison d’édition fondée en 2017. Mais le parcours de Marc-Antoine Fleuret ne s’est pas fait en ligne droite. Après avoir commencé des études d’architecture, il poursuit avec des études de métiers du cinéma pour travailler dans la production de documentaires télévisés. Il poursuit ensuite sa carrière dans de grandes administrations publiques, tout en travaillant sur ses projets personnels en bande dessinée. Car Marc-Antoine Fleuret voulait être dessinateur de BD, et c’est pour se consacrer pleinement à cette vocation qu’il finit par quitter Paris et retourner en Charente-Maritime. Mais la difficulté du métier et ses discussions avec d’autres auteurs lui font revoir ses ambitions. Il va donc allier ses années dans l’administration et la créativité en s’orientant vers l’édition.

Après des stages chez Ça et Là et aux Editions du Long Bec et de nombreuses lectures et études, car il tient à être prêt pour réussir dans son projet, les choses s’enchaînent rapidement, portées par de heureux hasards. Marc-Antoine Fleuret rencontre l’auteur Pedro Rodríguez, qui l’amène à rencontrer Núria Tamarit et Xulia Vicente, puis la rencontre avec Maria Surducan lui fait découvrir le monde de la bande dessinée en Roumanie. Ce qui au départ s’est fait par hasard est devenu un choix : il travaillera avec des auteurs européens (Espagne, Roumanie, Italie, Danemark…), dont les petites et grandes différences culturelles avec la France permettent de renouveler le regard sur les questions actuelles.

Valoriser les auteurs

Les aventuriers de l’étrange ont donc démarré sous le signe de la chance, jusqu’à ce que le Covid arrête tous les festivals brutalement. Et sans festivals, la diffusion de ses livres est réduite à peau de chagrin. On compte environ 6000 sorties BD en France chaque année, et donner de la visibilité à ses ouvrages dans ce contexte n’est pas facile. Marc-Antoine Fleuret, qui gère à la fois la partie éditoriale, le lien avec les auteurs et toute la gestion et la communication des Aventuriers de l’Etrange, est déterminé à trouver une solution alternative qui profite à tous et valorise les auteurs, souvent maltraités par le système éditorial en place.

C’est une relation transparente reposant sur la confiance entre l’auteur et l’éditeur, avec le moins d’intermédiaires possibles entre l’auteur, son livre et le lecteur, que le jeune éditeur cherche à mettre en place. Car lui qui a expérimenté la difficulté du métier de première main, sait à quel point le talent pour raconter une histoire et entraîner le lecteur dans son univers est nécessaire et mal valorisé. C’est donc avec une pointe de militantisme et une bonne dose de passion qu’il défend ses auteurs et ses publications.

Fin juin paraîtra A la recherche du dimanche perdu d’Ileana Surducan, quatrième album de la collection Les merveilleux contes de Grimm, initiée avec la réédition de l’album de Pedro Rodríguez, Les lutins et le cordonnier. Cette collection, une des trois des Aventuriers de l’étrange, est celle autour de laquelle Marc-Antoine Fleuret propose à ses auteurs de s’amuser avec un des 250 contes de Grimm. Avec sept ou huit parutions par an, ce qui demande déjà énormément de travail, les Aventuriers de l’Etrange gardent une ligne éditoriale bien définie, resserrée autour d’une sélection d’auteurs, guidée par une exigence de qualité artistique.

Selon Marc-Antoine Fleuret, « l’envie de lire un album vient du fait qu’on a été charmé par le dessin, l’histoire vient après. C’est comme quand on tombe amoureux. On est d’abord attiré par un visuel, et c’est en creusant qu’on s’attache». Espérons que Les Aventuriers de l’Etrange susciteront de nombreuses histoires d’amour avec ses lecteurs.

Visuels : Toubab de Núria Tamarit / A la recherche du dimanche perdu d’Ileana Surducan ©Les Aventuriers de l’Etrange

Un Hamlet de moins, une belle farce de plus, au Printemps des comédiens
Défricher l’après à travers Uzès Danse
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

One thought on “Les Aventuriers de l’Etrange, l’équipée fantastique d’une maison d’édition de BD”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Soutenez Toute La Culture