BD

Le Démon du soir ou la Ménopause héroïque de Florence Cestac

Le Démon du soir ou la Ménopause héroïque de Florence Cestac

28 mai 2013 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

61N8HKzz2bL._Pourquoi abandonner tous ses rêves quand arrive la soixantaine? N’est- ce pas au contraire la dernière chance de les réaliser avant qu’il ne soit trop tard? La vie de Noémie a perdu de son sel avec un mari ronchon qui accepte mal de vieillir et devient plan-plan, un travail où elle n’attend que la retraite, une fille ingrate et une mère souffrant d’Alzheimer. Le jour où une menace de cancer se profile à l’horizon, Noémie décide de profiter de ses derniers beaux jours pour s’épanouir pleinement.

61HEBEHYJRL._AA160_Florence Cestac est une figure phare de la bande dessinée contemporaine. Elle a ouvert la première librairie de bande dessinée à Paris en 1972 avec Etienne Robial et crée en 1975 les éditions Futuropolis. Ses œuvres humoristiques? qui analysent la réalité de la vie avec pertinence et dérision, nous touchent par leur grande humanité. Après Le démon de midi, Le Démon d’après-midi, Le démon du soir, Super Catho avec René Pétillon, Je voudrais me suicider mais j’ai pas le temps avec Jean Teulé et Des salopes et des anges avec Tonino Benacquista, Florence Cestac poursuit sa route inspirée avec ce nouvel opus.

Vieillir, ce n’est pas simple, cela ne veut pas forcément dire se résigner à ne plus faire certaines choses surtout lorsque les bouffées de chaleur de la ménopause vous atteignent. On peut profiter de la vie à tout âge et l’expérience apportée par les années permet de savoir ce qui nous fait vraiment plaisir. Chaque page de cette BD tombe juste pour nous divertir tout en nous mettant en garde contre les difficultés de la vie. L’héroïne réapprend à s’amuser et à se faire plaisir, elle retombe dans une enfance épanouie en quelque sorte et nous nous divertissons avec elle. Florence Cestac a l’art de faire des bulles de la légèreté d’un bon bain moussant qui détendent tout de même, à lire à tout âge pour bien préparer sa retraite.

Editions Dargaud – date de parution: 3 mai 2013 – 56 pages – 13,99 euros – visuels (c): Editions Dargaud

La sélection du mardi : sport chic, bas choc !
La musique classique prend le métro aujourd’hui à 12h30
Sandrine et Igor Weislinger

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *