BD
Blanc autour de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert

Blanc autour de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert

22 janvier 2021 | PAR Katia Bayer

Dargaud a sorti le 15 janvier dernier Blanc autour, une BD sympa dont la cover est illustrée par un petit groupe de femmes noires regardant dans la même direction nommée l’horizon. L’album de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert fait partie des bonnes découvertes de cette rentrée 2021 et s’inspire de faits réels survenus il y a un peu moins de 200 ans.

En guise d’avant-propos, les mots s’impriment avant les images et les couleurs. Canterbury, petite ville du Connecticut, coule des jours paisibles en 1832. Le quotidien oscille entre la messe, le thé, les affaires et les rumeurs. Mademoiselle Prudence Crandall, la directrice de l’école de jeunes filles, accueille dans son pensionnat une vingtaine d’élèves de bonnes familles. Des petites nénettes blanches, dissipées et s’instruisant un tant soit peu avant le mariage.

L’histoire serait bien simple si un chaos ne survenait pas dans cette bourgade beaucoup trop tranquille pour affoler un hibou. Un beau jour, Mademoiselle Crandall décide que désormais sa pension n’accueillera que des élèves noires. A cette époque et à cet endroit, les noirs sont “libres” mais ne sont pas pour autant des citoyens comme les autres.

Ce bouleversement intervient 30 ans avant l’abolition de l’esclavage et un an seulement après qu’historiquement, un esclave et prédicateur afro-américain nommé Nat Turner ait mené une révolte dans le Sud des Etats-Unis avec d’autres esclaves rebelles comme lui, en massacrant sur son passage une soixantaine de blancs. Si Turner a été pendu et que cette rébellion s’est arrêtée aussi subitement qu’elle a démarré, elle a sensiblement fait les gros titres de l’époque et a marqué les esprits des Américains. Elle a aussi provoqué d’importantes représailles meurtrières de la part de la communauté blanche à l’encontre de nombreux esclaves, dont un certain nombre d’innocents (dixit Wikipédia). C’est quasiment à la même période que Prudence Crandall – qui elle aussi a existé – se lance dans l’instruction de jeunes filles noires.

Ce changement d’orientation a énormément dû déconcerter les habitants de Canterbury au vu du contexte historique, comme le raconte et l’imagine Wilfrid Lupano, l’auteur de cette sympathique BD. Ce changement, on le voit, on le lit, est considérable pour les citoyens de cette petite ville. Déboussolés et craintifs que l’arrivée de nouvelles pensionnaires noires ne s’accompagne de discrédit et de honte, ils redoutent également une nouvelle flambée de violence due cette fois … à l’instruction.

Très rapidement, des oppositions se créent. Globalement, on retrouve d’un côté les femmes, les minorités, la tolérance, la soif de liberté, le savoir et l’ouverture d’esprit. De l’autre côté, se regroupent les hommes, la communauté, le racisme, la domination, la vulgarité, l’ignorance crasse, la peur du changement. A quelques exceptions près à commencer par Sauvage, un petit garçon noir et libre, le poil à gratter de la forêt, reprenant les mots de Nat Turner et rappelant aux pensionnaires que quoi qu’elles fassent, elles resteront toujours noires. Autres exceptions : le père de Prudence, soutenant sa fille dans ses choix mais ne comprenant pas pourquoi aucun homme ne veut d’elle, et enfin, Miriam, une femme âgée et libre vivant dans la forêt et plus intelligente que les autres, disposée à confronter les individus – femmes, hommes, noirs, blancs – à la vérité « vraie ».

Ces trois personnages sont intéressants car ils offrent des points de vue différents à l’histoire qui nous est narrée (dont on ne dévoilera pas tout). On terminera sur le fait que Blanc autour sème par petites touches des idées toutes simples et intelligentes dans ses pages et parle de droit, de savoir, d’émancipation de courage et d’hypocrisie. On apprécie l’humour de certaines séquences, les mots tus à la faveur de l’image, la taille et l’orientation des cases de même que les couleurs douces de Stéphane Fert malgré la noirceur historique de certains passages.

Katia Bayer

Blanc autour de Wilfrid Lupano et Stéphane Fert. Edition Delcourt. 144 pages, 19,99€

Visuels : Delcourt

Javier Camarena, cet extraordinaire chanteur populaire
« A D-N », de Régine Chopinot : quand danse et méditation ne font plus qu’un
Katia Bayer

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture