BD
Aldobrando, ou l’optimisme tranquille

Aldobrando, ou l’optimisme tranquille

09 mars 2020 | PAR Laetitia Larralde

Pour leur première collaboration, Luigi Critone et Gipi, qui a ici mis de côté sa casquette de dessinateur, nous emmènent à la suite de leur presque héros sur la route vers l’âge adulte. Un conte initiatique à mettre entre toutes les mains.

Alors qu’il se sait condamné à mourir pour protéger son honneur, un homme confie son enfant, Aldobrando, à un vieux sorcier pour qu’il l’élève et en fasse un homme. Quelques années plus tard, le vieil homme gravement blessé suite à un sort qui a mal tourné, pousse le jeune garçon hors de son refuge à la recherche d’une plante rare pour le guérir. Naïf, chétif et ignorant tout du monde extérieur, sa quête va le mener à croiser la route d’un valet mythomane, d’un géant tueur, d’une esclave amoureuse et d’une princesse mariée à son père, tandis qu’on l’accuse d’avoir embroché le fils du roi.

Gipi et Critone nous entraînent à la suite de leur personnage principal pour un roman graphique savamment mené. En se basant sur une structure classique du récit initiatique, avec un héros, un maître, un mauvais compagnon de voyage, un adversaire, des épreuves à surmonter afin de s’accomplir et trouver sa voie, les deux auteurs créent un conte loin des stéréotypes du genre.

Les personnages, bien qu’incarnant chacun un archétype, sont tous nuancés. Aldobrando est un jeune homme simple, posé, et pas si naïf qu’on pourrait le penser. S’il n’hésite pas faire face aux injustices, jamais il n’impose quoi que ce soit ni ne cherche à faire usage d’une force qu’il n’a pas. Romanesque, droit et fidèle, c’est par ses yeux qu’on découvre le monde extérieur et l’univers de la bande dessinée. Les personnages secondaires sont tout aussi travaillés et ont eux aussi plusieurs facettes, comme ce roi gras et superficiel rongé par le doute, ou ce berger devenu un semeur de mort par amour.

Située dans un petit royaume aux allures médiévales et campagnardes à une époque et dans un pays indéterminés, l’histoire mélange les genres par petites touches, créant un décalage plein d’humour. On fait appel aux dieux et aux sacrifices de sang tout en rappelant précisément l’alinéa de la loi qui entérine la décision, le roi règne sans partage mais peut perdre son royaume aux jeux du cirque : on a parfois l’impression que l’histoire pourrait se situer dans le futur, où l’effondrement de la société contemporaine aurait poussé l’humanité à revenir à des schémas médiévaux tout en conservant les méandres de l’administration moderne.

Une apparente simplicité, une violence évoquée mais jamais montrée, une aspiration à une vie tranquille : Critone et Gipi traitent leur histoire avec légèreté, poésie et humour. Le récit prend souvent le contrepied des situations archétypales que l’on retrouve : pas de grand combat final tourne court, le héros ne cherche pas la gloire, le scribe détient le pouvoir de la loi et il n’y a pas non plus de grande morale de fin. Chacun suit tranquillement sa vie avec une sorte de fatalisme, dans un monde aux valeurs légèrement faussées.

Le dessin de Critone oscille entre réalisme et une certaine stylisation du trait. Mis en valeur par une colorisation délicate à l’aquarelle, il sait lui aussi faire preuve de nuances et retranscrit magnifiquement les paysages. On remarque une différence de traitement graphique entre les personnages féminins, toutes belles (bien que peu nombreuses) et au style épuré, et les personnages masculins aux traits marqués, parfois jusqu’au comique.

Avec ce conte qui rappelle le Candide de Voltaire, cette épopée sans héros ni drame, Critone et Gipi nous offrent un beau moment de bande dessinée.

Aldobrando, de Critone & Gipi
Casterman

Visuel : © Casterman

Acheter l’album

« L’Inde selon Modi », par Shashi Tharoor
Cosi van Tutte à Bruxelles, un regard cash et sans compromis
Laetitia Larralde
Architecte d'intérieur de formation, auteure de bande dessinée (Tambour battant, le Cri du Magouillat...)et fan absolue du Japon. Certains disent qu'un jour, je resterai là-bas... J'écris sur la bande dessinée, les expositions, et tout ce qui a trait au Japon. www.instagram.com/laetitiaillustration/

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *