Livres
Avis de recherche, éperdument de Jacqueline Faventin

Avis de recherche, éperdument de Jacqueline Faventin

07 février 2013 | PAR Sandrine et Igor Weislinger

La douleur de l’oubli, son mystère, le questionnement incessant qu’il entraîne, le désir de combler le vide de la mémoire, telles sont les souffrances de l’héroïne de ce livre. Sa quête la conduit à rencontrer les fantômes de son passé mais les réponses qu’ils lui apportent ne lui semblent pas au même niveau que ses interrogations. Seul son cerveau peut lui divulguer par bribes les clés de son histoire. Le voile va t-il se déchirer?

Jacqueline Faventin a eu une belle vie, une belle histoire de Madagascar à la France. Rien d’étonnant donc à ce qu’elle excelle à nous faire voyager dans le vécu d’une autre femme imaginaire mais pas tant que cela, nous sentons que l’auteur y a mis d’elle même.

Elle nous plonge dans un suspense haletant. Elle nous fait suivre le parcours d’une femme dans une détresse physique et psychologique terrible, une situation dont n’importe lequel de nous peut être victime un jour ou l’autre: Alzheimer, un coup sur la tête, un accident, la volonté de repousser un évènement douloureux, les voies vers l’oubli sont multiples. Nous remontons le fil du temps avec la même stupéfaction et la même émotion que le personnage principal. La situation pénible de l’héroïne au début du livre se fait de plus en plus traumatisante à mesure que les souvenirs affluent. Incroyable et pourtant hélas si banale, trop fréquente, une vie de désarroi, une quête d’identité effrénée, un récit poignant qui nous conduit aux frontières de l’humanité et de la question de l’essence de l’être.

Tendre et cruel aux Abbesses, Martin Crimp réécrit Sophocle et éclaire le temps présent
Berlinale : Une ouverture hommage au président du jury Wong Kar Wai
Sandrine et Igor Weislinger

One thought on “Avis de recherche, éperdument de Jacqueline Faventin”

Commentaire(s)

  • bonjour Sandrine

    j’étais loin d’imaginer que quelqu’un puisse aussi bien comprendre les méandres de ses souffrances, de ses interrogations, de sa peur surtout? comme si elle avait rêvé tout ça …
    vous l’avez prise au sérieux, et c’est ce qui compte, car dans toute histoire, vous le savez, il y a toujours quelques points de vérité …
    bien à vous, merci infiniment.
    JF

    février 8, 2013 at 16 h 15 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *