Histoire
Mort de l’historien Régis Boyer

Mort de l’historien Régis Boyer

19 juin 2017 | PAR Simon Théodore

Le monde des études scandinaves a perdu l’un de ses principaux savants. Le 16 juin, l’historien français Régis Boyer s’est éteint à l’âge de 84 ans. Pendant près d’un demi-siècle, il a défendu et valorisé la littérature et l’histoire nordique en France.

Né le 25 juin 1932 à Reims, Régis Boyer est décédé le 16 juin à La Varenne Saint Hilaire. Cet amoureux de la littérature du Nord passa la majorité de son existence à déconstruire les mythes autour de l’ancien Scandinave et à partager sa passion pour les écrits du Nord. Au cours de ses études de lettres et de philosophie à Nancy, il fit la connaissance de Maurice Gravier, alors enseignant d’allemand et spécialiste de Luther. C’est à cette époque que, durant un cours d’initiation au scandinave, il tomba sous le charme des sagas islandaises. Cette passion ne le quittera jamais. Ce professeur émérite de langues et littératures scandinaves de la Sorbonne voyagea beaucoup et exerça, durant les années 1960, au poste de lecteur de français dans de nombreuses universités européennes (Lódz en Pologne, Reykjavik en Islande, Lund en Suède). Ces années de voyage l’amenèrent aussi à être directeur de la Maison de la France d’Uppsalla entre 1964 et 1970.

Amoureux de la littérature du Nord, il participa à l’émergence des études nordiques en France. En 1978, Régis Boyer créa un enseignement d’études scandinaves à la Sorbonne, en fut le directeur et dirigea les travaux de thèse de nombreux spécialistes. Parfois remise en cause par les travaux de recherche actuels, son œuvre intellectuelle reste, néanmoins, l’une des principales porte d’entrée vers la culture nordique pour les passionnés. Son impressionnante bibliographie compte plusieurs dizaines d’ouvrages dont des travaux d’historiens, des traductions de sagas, de contes ou de pièces de théâtre d’auteurs majeurs tel Henrik Ibsen ou August Strindberg. Sans aucun doute, ses traductions de sagas, éditées au milieu des années 1980 puis rééditées à de nombreuses reprises dans la collection de La Pléiade, représentent un tournant pour la reconnaissance et le développement de la littérature nordique en France. De moins en moins présent lors des rencontres scientifiques, il s’est finalement éteint à l’aube de son 85ème anniversaire.

Visuel : capture d’écran youtube.

Chansons pour canicule 
L’agenda de la fête de la musique à Paris
Simon Théodore

One thought on “Mort de l’historien Régis Boyer”

Commentaire(s)

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *