Cinema
Zoom sur la deuxième édition des Regards de l’ICART

Zoom sur la deuxième édition des Regards de l’ICART

03 février 2020 | PAR La Rédaction

Avec pour marraine Mathilda May, la deuxième édition des Regards de l’Icart aura lieu cette année le 27 février sur le thème du « Jeu ». Cette compétition internationale de courts-métrages organisée par une équipe d’étudiants de l’ICART (l’Ecole de Médiation culturelle et du Marché de l’Art) a pour vocation de faire découvrir les talents d’aujourd’hui. Deux étudiantes à l’oeuvre dans l’organisation de cette édition 2020, Cécile Cervera et Ponette Sarde, nous racontent comment se prépare cet évènement qui décerne 6 prix, a un jury prestigieux et que les professionnels du cinéma attendent avec impatience après le succès de la première édition l’an dernier.

Vous avez reçu 1 230 courts-métrages. Comment vous organisez vous pour les visionner?
Nous nous sommes tout d’abord répartis proportionnellement le nombre de films reçus entre les membres de l’équipe. Il reviendra ensuite aux jurés de s’occuper de la délibération et de choisir parmi les courts métrages, les 5 lauréats de cette édition 2020. Concernant le prix coup de coeur, il sera très prochainement sélectionné par l’équipe.

Quels sont les critères qui orientent vos débats pour la sélection ?
Tout d’abord, nous avons pour cette édition choisi comme thématique le Jeu qui devra être traitée en l’espace de 20 minutes maximum. Thème à multi facettes, il évoque le jeu de séduction, de pouvoir, d’enfants…Nous souhaitons à travers la programmation montrer cet éclectisme.

L’âge du réalisateur est aussi un critère essentiel. En effet, nous souhaitons être un tremplin pour les jeunes réalisateurs. Grâce à cet événement, leur travail pourra être reconnu devant un jury constitué de professionnels du cinéma (distributeur, producteur, réalisateur, compositeur, comédienne…).

Enfin, nous portons un intérêt tout particulier à la technique et à l’esthétisme des courts métrages que nous diffuserons.

La compétition est internationale, avez-vous des films du monde entier ?
Oui et nous sommes ravis de cette diversité ! Japonais, Canada, Espagne, Chine, Corée, Brésil ou Pologne, nous avons réussi à mobiliser un nombre important de jeunes réalisateurs qui traitent le thème du Jeu de manière très différente selon les pays.

Pouvez-vous nous parler du jury de cette année ?
Lors de la constitution du jury, nous souhaitions avoir un panel diversifié de professionnels du cinéma afin qu’ils puissent apporter leurs regards sur le travail des jeunes réalisateurs. Pour cette année, nous avons l’honneur de recevoir Fabrice Allard, responsable des accréditations au Festival de Cannes, Florence Charmasson agent d’artiste chez Art Media, Patrick Bossard réalisateur et scénariste, Nicolas Jorelle compositeur, Michel Medioni producteur chez Marni Films, Emmanuelle Bouaziz comédienne, Pascal-Alex Vincent réalisateur et professeur et enfin Laure Tarnaud, secrétaire générale du Festival Côté-Court. Nous avons aussi la chance d’avoir comme marraine Mathilda May, comédienne et metteuse en scène qui vient d’écrire une pièce de théâtre avec le comédien Pierre Richard.

Et du trophée façonné par Mathilde Bonacorsi ?
Nous avons décidé pour cette édition 2020 d’offrir un trophée au lauréat du grand prix afin qu’il puisse garder en souvenir notre compétition. Fabriquée par Mathilde Banacorsi, diplômée de l’école Boulle, cette sculpture en plâtre, fait échos avec le thème de cette année en représentant une main tenant des cartes de jeux.

Quelle carrière ont fait vos précédents lauréats ?
Dans l’ensemble, les jeunes lauréats ont continué avec succès leur parcours de cinéaste et nous en sommes ravis ! Par exemple, Naïs Graziani, la lauréate du prix du meilleur espoir des Regards de l’ICART s’est faite remarquer au Festival de Cannes pour son dernier court métrage La Nuit

 

LES REGARDS DE L’ICART

27 février à 20h.

au cinéma Le Lincoln  – 14 rue Lincoln – 75008 – Paris.

Inscription obligatoire

visuel : affiche de l’édition 2020.

 
 
« L’eau dessinée », des bulles d’encre dans l’eau
« KIND » DES PEEPING TOM : La fin d’un incroyable triptyque
La Rédaction

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *