Cinema

Xavier Beauvois

26 juin 2010 | PAR Coline Crance

Xavier Beauvois est un cinéaste français. En compétition officielle au Festival de Cannes 2010 , son film Des hommes et des dieux a reçu le Grand prix du Jury.

Lors d’une conférence à Calais, Xavier Beauvois, passionné de cinéma , alors en classe de terminale , rencontre Jean Douchet grand critique et réalisateur reconnu. Jean Douchet l’invite à le rejoindre et l’engage à continuer dans le cinéma. Il abandonne les études , la terminale, pour Paris. Cette fuite aurait été pour lui salvatrice de l’avenir social et professionnel qui lui était promis s’il était resté dans sa famille. Il échoue au concours de la Femis. Echec qui pour lui n’en fut pas vraiment un. Selon lui, l’école ne lui aurait pas permis de réaliser les justes prétentions et ambitions pour lesquelles il se vouait corps et âme au cinéma.

Autodidacte , il est assistant réalisateur sur le film Mon cas de Manuel de Oliveira puis sur les Innocents de Téchiné. Il signe son premier court métrage Le matou en 1986, puis son premier long Nord en 1991. Nord, film social sur une famille dans le Nord Pas de Calais qui se désagrège progressivement devant son incapacité à communiquer, annonce Beauvois comme cinéaste hors pair doté d’ une redoutable indépendance d’esprit. Le film N’oublie pas que tu vas mourir révèle Beauvois au grand public. Récompensé par le prix du jury à Cannes, salué par la critique , ce film narre le périple désenchanté et romantique d’un jeune homme séropositif,  incarné par Beauvois lui-même. Par la suite,  il tourne comme acteur dans des films de Delville , Doillon, Téchiné, Jacquot … Il réalise Selon Matthieu avec Benoît Magimel et Nathalie Baye à qui il confiera l’un des deux rôles principaux celui du commandant Vaudieu, dans le Petit lieutenant. Docu-fiction sur l’univers de la police , il marque un tournant dans la carrière du cinéaste, son style s’affine, et son regard à la fois poétique et brutal sur les choses concrètes de la vie s’affirme pour converger dans le magnifique Des hommes et des Dieux, encensé par la critique et récompensé par le Grand Prix du Jury cette année. Film virtuose , véritable « moment de grâce », sur la mort et à la mémoire de ses sept moines de Tibhirine assassinés en 1996, il consacre ce réalisateur de talent et s’annonce comme la sortie-évènement de septembre 2010.

Dans son deuxième album, Benoît Dorémus fait son Bilan Carbonne
Live Report : Hellfest, ou la grand messe du metal
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *