Cinema
Un certain regard : Fruitvale Station de Ryan Coogler, le fait divers à l’état brut

Un certain regard : Fruitvale Station de Ryan Coogler, le fait divers à l’état brut

17 mai 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

 

 

Premier film en compétition projeté pour la sélection « Un certain regard », après l’ouverture glossy du « Bling ring » de Sofia Coppola, « Fruitvale Station », Grand prix du jury et prix du public à Sundance cette année, a été présenté par l’irrésistible équipe du film à 22h, hier au Palais. [rating=4]

Oscar Grant, 22 ans, habitant d’une banlieue de San Francisco, est le mari volage d’une irrésistible hispano et le père poule d’une petite fille à croquer. Très proche de sa mère, qui est le véritable chef de famille, il a pu se fourvoyer dans le trafic d’herbe et faire de la prison mais tente de se ressaisir pour conserver ses deux femmes autour de lui. Le jour du nouvel an, il emmène la jolie mère de sa fille voir les feux d’artifices en ville. Mais une rixe a lieu dans le métro et la police panique…

Pour son premier long-métrage, Ryan Coogler, a pu engager l’extraordinaire et oscarisée Octavia Spencer dans le rôle de la mère. Mais si Fruitvale Station fonctionne aussi bien, c’est que le réalisateur a mis le turbo pour le placer sous le signe de la fiction. Tenu par son rythme enjoué, le film est une boule d’énergie brute, qui fait ressentir avec grandeur la chaleur d’une famille black californienne, mêlant communautés african et latino-american. « Fruitvale station » est la vie même, avec ses tracas, ses gombos, ses clins d’œil, ses fous rires et ses mauvais jours, jusqu’à sa terrible chute que l’on n’attend pas. Il y a du Spike Lee dans cette vision du dernier jour d’un condamné (On pense notamment à 24 heures avant la nuit )mais moins politisé. Le film se termine d’abord habilement sur l’inexplicable : la mort par balle d’un jeune père de 22 ans et ouvre, juste le temps d’une image, à l’engagement du documentaire…

Fruitvale Station de Ryan Coogler, avec Michael B. Jordan, Octavia Spencer, Melonie Diaz, Ahna O’Reilly, USA, 2012, 1h25. Arp sélection, en compétition pour la sélection « Un certain regard ».

Photo : L’équipe présentant le film à 22h en Salle Debussy (c) Yaël Hirsch

Tous nos articles sur le festival de Cannes sont à retrouver dans Le dossier Cannes.

Cannes / Ouverture de la Quinzaine des réalisateurs : le Congrès d’Ari Folman
Cannes, jour 2 : La séduction Ozon, le bling de Sofia Coppola, la Chine auscultée et l’ouverture animée de la Quinzaine
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *