Cinema
Tous au Larzac ! Le militantisme au vert

Tous au Larzac ! Le militantisme au vert

05 décembre 2011 | PAR Amelie Blaustein Niddam

1971 et une idée brillante :  le gouvernement, par la voix de son ministre de la Défense Michel Debré, déclare que le camp militaire du Larzac doit s’étendre. Les paysans contre l’armée, le symbole fut médiéval et la lutte durera 10 ans, les « petits » gagneront. Entre le documentaire et le film d’action policier, Tous au Larzac vous embarque et vous attache à la terre et à ces personnages charismatiques. Sans aucun doute un des films phares de cet hiver.

Marizette, Christiane, Pierre, Léon, José… sont quelques uns des acteurs, drôles et émouvants, d’une incroyable lutte, celle des paysans du Larzac contre l’Etat. Le symbole est parfait, les paysages magiques. Cela suffit à rendre la lutte radicale dans la France pleine des idéaux de 68. Voilà des manifestations mémorables venant lâcher les brebis sur le champs de Mars, voilà les urbains venir construire une bergerie et pour certains rester vivre là-bas.

Un groupe de cent fermes, des habitants prêts à tout et regorgeant d’ingéniosité pour garder leur terre. Il faut entendre le réalisateur Christian Rouaud  parler de cette terre pour comprendre :  » Le paysage est bosselé, un peu lunaire, parsemé de roches fantasmagoriques travaillées par des siècles d’érosion. Les vents quasi permanents, la neige et les grands froids d’hiver, le temps souvent frais les soirs d’été après des journées accablantes de soleil, font que ces espaces caussenards sont décrits par les uns comme inhospitaliers, et par les autres comme splendides et étrangement attachants « .

On revit avec eux les idéaux hippies encore intacts et l’on découvre qu’une poignée d’hommes peut réellement faire la Révolution.  Le film alterne des images d’archives et des témoignages actuels,tous extrêmement bien légendés et amenés. L’arsenal de manifestations a généré une créativité redoutable et des slogans mémorables « tel que le célèbre  faites labour pas la guerre » ,

On regrette que la lutte aujourd’hui soit terne, un peu salie par le « démantèlement » du Mac-Do de Millau.

Ne ratez pas Tous au Larzac !

 

La chambre du milieu, les séparations de l’enfance de Anne Parian
Littérature et Cinéma : 70 grandes transpositions à la Filmothèque du Quartier Latin
Amelie Blaustein Niddam
C'est après avoir étudié le management interculturel à Sciences-Po Aix-en-Provence, et obtenu le titre de Docteur en Histoire, qu'Amélie s'est engagée au service du spectacle vivant contemporain d'abord comme chargée de diffusion puis aujourd'hui comme journaliste ( carte de presse 116715) et rédactrice en chef adjointe auprès de Toute La Culture. Son terrain de jeu est centré sur le théâtre, la danse et la performance. [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *