Cinema

Star Wars : The Old Republic, le MMORPG tant attendu vient secouer la galaxie

Star Wars : The Old Republic, le MMORPG tant attendu vient secouer la galaxie

06 décembre 2011 | PAR Olivier Handelsman

Le dernier né des studios LucasArts, réalisé par BioWare, est le tant attendu SWTOR, un jeu de rôle en ligne massivement multijoueurs dont le cadre est l’univers de Star Wars,! Toutelaculture.com a obtenu une interview d’Alexander Freed, développeur en charge de l’équipe de SWTOR chez BioWare. Que la Force soit avec vous !

Choisissez votre race en fonction de vos affinités, et choisissez parmi 8 classes toutes plus guerrières les unes que les autres.

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine…

Les fans de la franchise la plus rentable à l’échelle intersidérale se frottent les mains ! Non content de vous débarquer en pleine guerre galactique, SWTOR vous donne le choix du camp dans lequel vous combattrez (8 classes et différentes races extraterrestres) ! C’est-à-dire la République des Jedi, l’Empire des Sith… Voire vous-même !

Une Jedi consulaire, au service de la République.

Dans Star Wars : The Old Republic, qui est la suite du précédent jeu (Knights of the Old Republic, ou KotOR, qui ne permettait pas de jouer en ligne avec d’autres joueurs, et dont l’action se déroulait trois cents ans avant SWTOR), vous êtes projetés  aux prémices de la guerre qui opposera la République a l’Empire, presque 3.500 ans avant la naissance de Luke Skywalker.  C’est à vous qu’il incombe d’écrire l’Histoire.

Soldat de la République, un métier d’avenir… Funeste.

SWtOR vous donne la possibilité de choisir entre la voie lumineuse et la voie obscure ; mais la Force sera votre alliée tout au long de votre quête. Vos choix au cours du jeu influenceront le personnage que vous jouez, car même dans l’hyperespace un être reste la somme de ses actes. Par ailleurs, SWTOR se différencie des autres MMORPG par son système de quêtes scénarisées.

Devenez contrebandier, pour n’avoir que des ennemis !

Nul besoin d’avoir le dernier ordinateur avec la dernière carte graphique pour jouer a SWTOR. Le jeu n’est pas trop gourmand en ressources pour une qualité appréciable.

Tout aussi commode que loyal, le chasseur de primes est par essence le spécimen du gendre parfait.

Sa sortie annoncée pour le 20 Décembre 2011 risque de faire couler beaucoup d’encre. En effet, plus d’1.6 million de joueurs de World of Warcraft se disent prêts à quitter Blizzard pour rejoindre BioWare.

Nobody expects the Sith Inquisition!

Êtes-vous prêt à affronter le côté obscur de la force ? Ou à le défendre ? Ou à vous enrichir sur le dos des manichéens invétérés qui bourdonnent autour de vous ? Alors sortez votre sabre laser ou votre pistolet, marchez sur (ou plutôt, creusez) les traces de Luke et de Maître Yoda pour défendre la République, ou celles de Darth Maul pour restaurer la gloire de l’Empire.

L’agent impérial, parfait exécutant des plus basses besognes.

Dave ZISKIND

Interview d’Alexander Freed, lead developer chez BioWare, et scénariste de deux séries de comics de l’univers de Star Wars


Toutelaculture.com : Bonjour M. Freed !

Alexander Freed : Bonjour ! Que voulez-vous savoir sur Star Wars : the Old Republic ?

Toutelaculture.com : Tout d’abord, l’univers graphique de SWTOR est très proche de celui de Knights of the Old Republic (l’opus précédent, ndlr). Est-ce là votre intention ?

Alexander Freed : Absolument. Nous souhaitons perpétuer avec SWTOR l’héritage de KotOR, des autres jeux Star Wars ainsi que des films. Le public doit pouvoir retrouver ses marques et évoluer dans un univers familier, dont la cohérence avec le reste des créations situées dans l’univers de Star Wars ne fait aucun doute.

Toutelaculture.com : SWtOR se déroule plus de 3.500 ans avant les deux trilogies Star Wars, pourtant les technologies communes y sont très nombreuses. Comment justifiez-vous ce choix historique ?

Alexander Freed : Tout simplement parce que le progrès technologique n’est pas linéaire ! Et surtout en temps de guerre. L’évolution des technologies (vaisseaux, armes, objets de la vie quotidienne) est cyclique, et il n’y a pas de continuité parfaite entre les différentes ères de la guerre des étoiles. Les périodes de guerre et de paix se suivent et se ressemblent, les destructions et les reconstructions font reprendre les êtres civilisés au point mort.

Toutelaculture.com : Qu’en est-il du PvP (player versus player, mode permettant l’affrontement entre joueurs, par opposition à player versus environnement ndlr) ? Y’a-t-il dans SWtOR des champs de bataille, des arènes comme dans les autres MMORPG ?

Alexander Freed : Le PvP est un mode de jeu optionnel de SWTOR. Cependant il est fortement encouragé : comme dans d’autres jeux, la récompense des victoires contre d’autres joueurs consiste en des ensembles d’armure, des armes et des objets introuvables autrement. Ces derniers sont dans SWTOR par ailleurs plus puissants et plus beaux que les autres. Pour ce qui est des zones de PvP, nous avons déjà dévoilé le HuttBall (un sport très, très violent), Alderaan, l’Etoile du Néant, ainsi que des zones ouvertes de PvP pour les joueurs de très haut niveau. Chacun de ces charniers potentiels fonctionne selon des modalités différentes, pour que personne ne s’ennuie.

Toutelaculture.com : Doit-on s’attendre à des mises à jour, des extensions au jeu, bref des ajouts au contenu qui sera disponible le 20 décembre ?

Alexander Freed : Bien sûr ! Mais n’allons pas trop vite en besogne, notre principal objectif est la sortie du jeu, même si nous avons déjà dans nos cartons des extensions en projet.

Toutelaculture.com : Pour finir : vous n’êtes pas sans savoir que LucasArts, la société de George Lucas qui édite SWTOR, a produit des échecs commerciaux, et s’est parfois discréditée auprès des fans. Malgré cela, avez-vous confiance en ce jeu ?

Alexander Freed : Personnellement, en dehors de SWTOR je n’ai jamais beaucoup travaillé avec LucasArts, mais j’ai toujours aimé ce que faisait BioWare (particulièrement KotOR). Je travaille avec des collaborateurs expérimentés, qui ont travaillé sur des jeux pour une personne comme sur des MMO, et ce jeu a été en phase de test pendant plus d’un an : j’ai complètement confiance en la sortie de ce jeu et la réponse du public.

Interview et traduction par Olivier Handelsman. Merci à Antonio Moreno, John Bain et l’association Millenium.

Larousse au pays de la gourmandise pratique.
Sortie Dvd : La Prima Cosa Bella, au nom de la mère
Olivier Handelsman
Olivier Handelsman est étudiant en master de management à Grenoble École de Management, et étudie en échange à la Simon Fraser University de Vancouver (Colombie-Britannique, Canada) au second semestre 2013-2014. Licencié de Sciences Économiques à l'université Paris I Panthéon-Sorbonne, Olivier est intéressé par la micro-économie, l'entrepreneuriat, le management stratégique, de l'innovation, de la musique, des systèmes d'information et des nouvelles technologies. Olivier Handelsman a été scénariste de courts et longs-métrages en machinima (images de synthèse issues de jeux vidéo), et a une expérience professionnelle de pigiste dans différents médias tels que le journal Le Point (hors-série Références), PC Jeux et Millenium Source, ainsi que d'auditeur de service client, de programmeur Visual Basic et de démonstrateur produit.

2 thoughts on “Star Wars : The Old Republic, le MMORPG tant attendu vient secouer la galaxie”

Commentaire(s)

  • Bonjour,

    Merci pour cette interview, je suis pressé d’y jouer!

    ps : Il ya une faute de frappe dans la date de sortie (2012 au lieu de 2011)

    Cdt

    décembre 6, 2011 at 11 h 20 min
  • Jeremy

    Alexander Freed n’a jamais écrit 3 romans Star Wars…

    décembre 6, 2011 at 14 h 00 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *