Cinema

Sin Sangre : Le somptueux Théâtre d’images de la compagnie Teatrocinema

16 décembre 2009 | PAR Christophe Candoni

Sin Sangre est l’adaptation pour le théâtre et en espagnol du roman d’Alessandro Baricco « Sans Sang » paru en 2002. Une création passionnante dans laquelle la troupe chilienne (anciennement connue sous le nom de la Troppa) invente une nouvelle manière de faire du théâtre à travers une forme de narration inédite sur un plateau. Ce spectacle se présente comme un film, à mi-chemin entre le théâtre et le cinéma, et se révèle fort en beauté et en émotion.

L’histoire commence sur une fusillade dans une ferme isolée où Manuel Roca vit avec ses deux enfants. Trois hommes arrivent dans une vieille Mercedes et ouvrent le feu. La petite fille cachée dans une trappe assiste à l’exécution de son père et de son frère. Un des tueurs trouve sa planque et la remarque mais décide de la laisser en vie. Des années plus tard, elle retrouve l’assassin. Ils ont tous les deux vieillis mais le temps n’a pas effacé les plaies de la barbarie et de la guerre. C’est la première image du spectacle. Dans sa volonté de vengeance, la fillette devenue femme revient sur les lieux et revit le passé douloureux grâce au procédé du flashback. Chaque image est le reflet d’une strate de la mémoire de l’héroïne.

sin-sangre_theatre_fiche_spectacle

La vidéo est l’unique élément de décor mais n’a pas vocation à rester illustrative. Toujours mouvante, elle nous plonge au cœur de l’action. Les acteurs, en chair et en os, jouent entre deux écrans de cinéma et la fusion de leur jeu avec le virtuel est confondante si bien qu’on ne distingue pas forcément les deux éléments. Ce spectacle est un voyage vertigineux pendant lequel on voit défiler sans temps morts une multitude de lieux, sous différents plans. La vidéo permet de multiplier et de confronter les espaces et les temporalités grâce aux procédés cinématographiques : la simultanéité, le travelling, ou l’ellipse…

sin-sangre-1

Les images sont saisissantes et rendent parfaitement compte de l’atmosphère violente de thriller noir du roman. Ce travail, intéressant sur la forme, est renforcé par le jeu très concret des acteurs, notamment de l’actrice Laura Pizarro, très juste dans la longue scène du restaurant. Juan Carlos Zagal qui signe également la mise en scène et la musique du spectacle ainsi que les autres comédiens sont bouleversants.
Le recours à un langage technique audacieux fait du plateau un laboratoire esthétique pour un spectacle original et très abouti.

Sin Sangre, Jusqu’au 22 décembre, Théâtre des Abbesses, 31 rue des abbesses Paris 18. LOCATION du Théâtre de la ville : 01.42.74.22.77.

Juliette Greco habille d’émotion l’Opéra Royal de Versailles
Il était une fois…contes et histoires dans les monuments nationaux
Christophe Candoni
Christophe est né le 10 mai 1986. Lors de ses études de lettres modernes pendant cinq ans à l’Université d’Amiens, il a validé deux mémoires sur le théâtre de Bernard-Marie Koltès et de Paul Claudel. Actuellement, Christophe Candoni s'apprête à présenter un nouveau master dans les études théâtrales à la Sorbonne Nouvelle (Paris III). Spectateur enthousiaste, curieux et critique, il s’intéresse particulièrement à la mise en scène contemporaine européenne (Warlikowski, Ostermeier…), au théâtre classique et contemporain, au jeu de l’acteur. Il a fait de la musique (pratique le violon) et du théâtre amateur. Ses goûts le portent vers la littérature, l’opéra, et l’Italie.

One thought on “Sin Sangre : Le somptueux Théâtre d’images de la compagnie Teatrocinema”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *