Cinema

Tip top de Serge Bozon : malgré un casting top, un film flip flop à la quinzaine

Tip top de Serge Bozon : malgré un casting top, un film flip flop à la quinzaine

19 mai 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

Connu comme excellent acteur, notamment auprès de Valérie Donzelli, Serge Bozon marque par son refus des conventions et son esprit de liberté. Avec un casting de rêve, son quatrième long-métrage, « Tip Top » est dans la sélection de la Quinzaine des Réalisateurs. Mais si certains sketches touchent parfois au génial, leur suite ne fonctionne pas, et le politiquement incorrect gratuit crée parfois lourdeur, tension et malaise qui touchent au grossier. Dommage !

Dans une ville un peu Potemkine de province, un indicateur est retrouvé sur « la plage du lac ». On se demande si la police l’a suffisamment protégé et deux inspectrices de la police des polices, l’une intraitable (Isabelle Huppert) l’autre effacée (Sandrine Kiberlain) viennent enquêter sur ce décès. Seront impliqués dans cette sombre affaire : le chefaillon de police local (François Damiens), la pauvre veuve de l’indicateur, et beaucoup d’algériens.

Avec un casting ébouriffant : François Damiens, Sandrine Kiberlain et une Isabelle Huppert qu’on adore redécouvrir dans des rôles comiques depuis « 8 femmes » et « Copa Cabana », « Tip Top » offre certains sketches absolument irrésistibles, le réalisateur va parfois trop loin, notamment dans son pastiche du film noir français en temps de guerre d’Algérie, et l’adjonction de sketches ne fait pas scénario. Au top : la scène où entre dans la chambre d’hôtel le mari de la femme flic glaciale et férue de protocole que joue Isabelle Huppert, pour entamer une partie de jambes en l’air assez « cognée ». Il s’agit tout simplement d’un Sami Nacéri vieilli et grossi, mais traînant avec lui son charisme et sa sulfureuse réputation. Le problème est que le film ne s’arrête pas là et que l’on voit les époux se tabasser… Mais au tip tip tip : A force de vouloir sortir du « conventionnel », Bozon passe la limite, notamment politique, quand il propose dans son pastiche de polar fifties à la Gabin une série de « ratonnades » non plus liées à la guerre d’Algérie mais au printemps arabe. Dès la première tirade de François Damiens, on sent que le réalisateur va être très lourd avec « Les algériens »… d’une lourdeur qui redouble les clichés et ne pointe pas vers les vraies blessures et les vraies discriminations. Même remarque pour les perversions sexuelles des deux héroïnes où les pseudo scènes homos : à force de faire cru, Bozon fait du guignol qui renforce les clichés au lieu de nous aider à les saisir. Bien dommage car l’énergie et l’envie de rire sont là !

« Tip Top », de Serge Bozon, avec Isabelle Huppert, Sandrine Kiberlain, François Damiens, Sami Nacéri, Karole Rocher, Aymen Saïdi, Saïda Bekkouch, France, Pelléas, 1h46. En compétition à la Quinzaine des réalisateurs.

 

Cannes, jour 5 : Avec Borgman, Serge Bozon et Bombay Talkies, une journée entre Europe et Asie pour finir la première semaine du festival
L’or des manuscrits : les 100 manuscrits les plus précieux
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *