Cinema
Pirates des Caraïbes 4: la fontaine de la jouvence

Pirates des Caraïbes 4: la fontaine de la jouvence

19 mai 2011 | PAR Cris R Tapias

Le passé du Capitaine Jack Sparrow (Johnny Depp) le rattrape quand il croise Angélica (Pénélope Cruz), une sublime pirate qu’il a aimé et quitté. Angélica force Jack à l’accompagner sur le Queen Anne’s Revenge –le bateau de Barbe-Noire (Ian McShane). Accompagné par des marins zombies, le trio part à la recherche de la Fontaine de la Jouvence. Néanmoins, le némésis de Jack, le capitaine Barbossa (Geoffrey Rush) est aussi à la recherche de la fontaine. D’ailleurs les Espagnols aussi.

Les 2 premiers épisodes des Pirates des Caraïbes étaient inventifs, pleins d’humour et d’effets spéciaux. Ils se moquaient des vieilles sagas de pirates, mais reproduisaient joyeusement leurs clichés. Ils ont donné naissance à une franchise de milliards de dollars qui a poussé Disney à faire un troisième volet au budget fracassant et qui était très décevant. Le 4ème l’ est moins ; il est moins compliqué.

Le 4ème film de la série est le moins créatif des 4. Il défie néanmoins la critique car connaît le succès au box office. On pourrait donc même dire que la campagne marketing est plus inventive que le film lui-même. Reprenant l’histoire du premier volet (Jack est prisonnier au début mais il s’échappe, il y a un bateau de pirates dont tout le monde a peur, et un trésor que tout le monde convoite), « Pirates des Caraïbes : la Fontaine de la Jouvence » manque cruellement d’un scénario original et d’une histoire d’amour passionnante. L’histoire entre Jack et Angélica laisse à désirer. Celle entre la sirène et le curé est là pour essayer de combler le manque romantique ressenti suite au départ du couple Bloom-Knigthley. Sur ce dernier sujet, on peut néanmoins féliciter le directeur Rob Marshall. Il arrive à supprimer deux des personnages principaux sans qu’ils brillent par leur absence.

Par-dessus le marché, ce quatrième opus manque d’action. Il prend à peine vie lors de deux petites séquences, notamment lors d’une attaque de sirènes, qui agissent comme une bande de piranhas assassine. Mais cela reste néanmoins bien en-deçà des deux premiers volets.

Le film reste au moins divertissant. Jack Sparrow est toujours aussi disjoncté qu’auparavant. Angélica est une latina hystérique. En outre, il y a un couple de fous drolatiques, mais dont les apparitions sont très brèves. Keith Richards fait une incursion en tant que père de Jack Sparrow et Judi Dench a un petit rôle d’aristocrate sans nom., qui se fait embrasser par Jack Sparrow dans une voiture. Et la nymphette de dire, l’air embrouillé,«Est-ce tout »? Une remarque qui pourrait bien être la critique la plus appropriée pour ces Pirates des Caraïbes 4.

« Pirates des Caraïbes 4, la fontaine de Jouvence, de Rob Marshall, USA, 2011, avec Johnny Depp, Penelope Cruz, Judy Dench, Keith Richards, Sortie le 18 mai.

.

Mission Florimont: une comédie chevaleresque
La 3 e édition du festival Poésie sonore commence lundi
Cris R Tapias

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *