Cinema
My two daddies – Sortie le 7 Janvier 2015

My two daddies – Sortie le 7 Janvier 2015

29 novembre 2014 | PAR Nausicaa Ferro

Le film a déjà raflé 12 récompenses dans les festivals à travers la planète, parmi eux le prix du public pour le meilleur long métrage de fiction au festival Tribeca 2012, et on comprend pourquoi. My two daddies est une réalisation qui illumine avec grâce ses personnages, pour en faire de véritables héros.

Californie, années 80. Un couple homosexuel (Paul et Rudy) se bat pour obtenir la garde d’un enfant trisomique (Marco) laissé aux services sociaux après l’incarcération de sa mère junkie. Pitch glauque pour un film qui ne l’est pas. Même pas un peu. Pourtant se laisser aller au misérabilisme aurait été le chemin le plus facile pour traiter de thèmes comme le handicap, l’homophobie, l’injustice de la justice, la discrimination. Mais le réalisateur Travis Fine (The space beetween, 2010) parvient avec une justesse désarmante à raconter cette histoire qui devient une histoire universelle, une histoire d’amour, de générosité.

Alan Cumming (Rudy) est tout simplement excellent dans son rôle de chanteur travesti puis de père courage, il interprète son personnage avec une sensibilité robuste, mélange d’insoumission et de tendresse. Cet alliage de forces semblant contraires donne à ce personnage une véritable consistance. Garret Dillahunt est quant à lui aussi touchant dans son rôle d’avocat timide, tout juste sorti du placard et qui dans sa pudeur, transmet l’émotion nécessaire à son rôle. A noter les performances des seconds rôles, qui participent à la réussite de ce film dont les personnages de Rudy et de Marco sont inspirés de vrais personnes et dont l’idée de scénario date des années 80, époque où le coscénariste du film, Georges Arthur Bloom vivait dans un immeuble de Brooklyn et avait pour voisin un homosexuel nommé Rudy et une mère junkie vivant avec son fils handicapé.

Sortie le 7 Janvier.

[Entrevues] Belfort, jour 7: Lumières méditerranéennes en compétition, Coppola à l’honneur
[Critique] A la vie : Julie Depardieu tente de réapprendre le bonheur après le retour des camps
Nausicaa Ferro

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture