Cinema
[Critique DvD] Les reines du ring, vraie proposition de comédie sociale à la française

[Critique DvD] Les reines du ring, vraie proposition de comédie sociale à la française

08 novembre 2013 | PAR Gilles Herail

Défendre un film comme les Reines du Ring est forcément improbable. Quand on voit le bide en salle, l’affiche monstrueuse, le pitch qui rappelle le très mauvais Bowling sorti à la même date un an auparavant. Et pourtant, le critique doit parfois faire son travail et regarder le produit fini. Un résultat ici surprenant, adaptant la comédie sociale anglaise avec un casting bien de chez nous, en parlant d’un sport méconnu tout en le respectant, et d’une équipe de caissières qui vont remporter leur pari.

Les reines du ring aurait du être le succès français de l’été mais n’a pas franchement pas été aidé par son distributeur qui a sabordé le film. Appartenant à la tradition des films de déclassés, de groupe de bras cassés qui s’unissent pour un challenge commun (ici sportif). Loin de la mélancolie des Virtuoses, Les reines du ring s’orientent très clairement du côté de la comédie. Avec une vraie générosité dans l’écriture et un scénario qui recherche les surprises et les gags. Sans trop de pathos et avec une vraie énergie, le film suit son cahier des charges sans innover mais sans s’égarer.

Deux choses retiennent pourtant notre attention. L’écriture des personnages d’abord qui se permet des choses intéressantes, sans avoir l’air d’y toucher. Un personnage casse-gueule, interprété par Corinne Masiero, la bouchère de Béthune, qui passe comme une lettre à la poste malgré son énormité. Une nympho extravertie (Audrey Fleurot) cherchant à s’encanailler d’un beau noir qu’elle espère un peu gangster mais se révèle être médecin interne. Une femme trompée, caissière de carrière à l’ancienne interprétée par Nathalie Baye. Et une ex-taularde qui cherche à retrouver l’affection de son fils (Marilou Berry). Autant de rôles et de caractères qui permettent à la chronique sociale d’exister.

Les reines du ring est aussi un vrai film sur le catch. On n’est bien sur pas dans The Wrestler mais l’attention portée aux costumes, à l’entrainement, aux effets, aux mouvements est surprenante. Et gagne la confiance du spectateur qui sent l’investissement de l’équipe et notamment des actrices principales. Les reines du ring n’échappent pas à certains poncifs, à un peu de pathos sur le personnage de Marilou Berry et l’engouement populaire soudain dont bénéficient les catcheuses. Mais dans le genre de la (véritable) comédie sociale (hors le grand Dupontel), on n’a pas vu bien mieux depuis un certain bout de temps.

Gilles Hérail

Les reines du ring, une comédie sociale française de Jean-Marc Rudnicki avec Audrey Fleurot, Marilou Berry, Nathalie Baye et Corinne Masiero, sortie en dvd le 13 novembre

Carven habille Marionnaud
La Playlist punk de la semaine
Gilles Herail

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *