Humour
« L’errance moderne », une comédie sociale féroce et très humaine au Théâtre de la Contrescarpe

« L’errance moderne », une comédie sociale féroce et très humaine au Théâtre de la Contrescarpe

06 février 2016 | PAR Olivia Leboyer

l-errance-moderne

Repris récemment, le Théâtre de la Contrescarpe soigne sa programmation. Le vendredi soir, à 21h30, nous vous recommandons chaudement un spectacle « seul en scène » d’Alexandre Texier : à un rythme trépidant, en une heure vingt, nous assistons à une folle course au travail dans notre monde sans pitié… Empathique et très humain, le spectacle mérite vraiment le détour !

[rating=4]

Expressif, souple, Alexandre Texier déploie une énergie électrisante pour incarner, tour à tour, une galerie de personnages sur le vif. L’histoire ? Un jeune homme sans diplôme, Alexandre Texier, tente de s’insérer dans le monde du travail. Plutôt cool et sympathique, le voici désarçonné par une curieuse inhumanité ambiante. Pris dans la spirale de l’intérim, il erre d’un petit boulot à l’autre, surpris chaque fois par l’impayable absurdité qui règne.

Féroce, incisif, le trait vise juste, mais Alexandre Texier (qui a co-écrit la pièce avec son frère Charles) s’attaque bien plus au système qu’aux gens. Les employeurs, avec leurs petitesses, leurs accents ou leurs grimaces, conservent toujours une part d’humanité touchante. Ainsi la secrétaire de Manpower, une Sylvie Choutrel, vieille fille esseulée qui minaude au téléphone, ou ce gardien de tour qui s’est pris d’affection pour son rideau.

Alex cherche d’abord le changement, les expériences, puis la stabilité (un CDD, cette chose inimaginable) : au fil de son initiation, des humiliations, des ahurissements, des rencontres étonnantes et, tout au bout, cet aveu : un métier, ce n’est pas seulement alimentaire, on peut aussi avoir une passion. Et, malgré les souffrances inévitables (l’étymologie nous avait prévenus), il est stupide de garder son rêve au chaud, on se doit de tenter sa chance. Avec sincérité et une certaine candeur, Alexandre nous livre, avec un regard d’enfant, son rêve de planches. Loin d’un simple narcissisme, il a pris, pour raconter son parcours, les chemins de traverse : nous faire partager ses rencontres de fortune, avec humour et sensibilité.

Alexandre Texier a également développé une websérie (voir un épisode ici), liée au spectacle, avec une vidéo par semaine : l’idée consiste à lever des fonds pour produire la série et faire un don à l’Association Vues d’en bas, qui vient en aide aux SDF (« qui ne sont pas les plus méchants, sinon ils n’en seraient pas là… »)

Courez voir ce spectacle bondissant, drôle et très humain.

L’errance moderne, de Charles et Alexandre Texier, Théâtre de la Contrescarpe, avec Alexandre Texier; mise en scène Jill Gagé. Tous les vendredis 21h30.

visuels: affiche et photo officielles de la pièce.

[Live-Report] Le concert inaugural du Festival Présences 2016 était un voyage
[Critique] « Peur de Rien », une Symphonie française pour femme et orchestre
Olivia Leboyer
Docteure en sciences-politiques, titulaire d’un DEA de littérature à la Sorbonne  et enseignante à sciences-po Paris, Olivia écrit principalement sur le cinéma et sur la gastronomie. Elle est l'auteure de "Élite et libéralisme", paru en 2012 chez CNRS éditions.

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture