Cinema

« Lesbian Vampire Killers » en DVD le 2 février 2010

29 janvier 2010 | PAR Geraldine Pioud

Laissez vous vampiriser par ces jeunes femmes au mystérieux pouvoir érotique. Lesbian Vampire Killers, une comédie délirante qui fait craindre les vacances à la campagne!

lesbian-vampire-killers1

Dans son genre, Lesbian Vampire Killers est particulièrement réussi. Déjantée et décalée, cette comédie britannique de Phil Claydon utilise avec délice tous les clichés vampiresques, convoquant à la fois Mel Brooks et Roman Polanski. Tout y passe : de la jeune vierge sexy et naïve au village médiéval perdu dans le brouillard, des superstitions rocambolesques à l’inquiétante forêt. Et force est de constater que l’on passe un agréable moment, un peu hors du temps et des conventions pseudo-cinématographiques. Car Lesbian Vampire Killers est surtout un film qui ne se prend pas au sérieux. D’emblée, dès les premières minutes, le ton est donné. L’image se teinte de rouge et se remplie de brouillard. La bande son brutalise nos oreilles sous les notes peu catholiques de la techno ou du hard-rock. Puis, comme pour toutes les légendes, une voix off raconte l’apogée et la chute de la Reine des Vampires, lesbienne amoureuse et machiavélique, qui a juré de se venger une fois son règne rétabli.

.

La suite est certes sans surprise. Mais nul ne peut imaginer qu’un tel film se construit autour de ses rebondissements. L’histoire convoque le gamin en pleine puberté qui sommeille en chacun de nous, celui qui se marrait bêtement devant une paire de seins et des effusions de sang. L’âge bête dans toute sa splendeur! Il y a une réjouissance déculpabilisée à la vue de ces images gores et comiques, à l’écoute de ces dialogues improbables et stupides. Le plaisir naît de cette façon assumée de rire de blagues grasses et vulgaires. À aucun moment le film ne se place sur un terrain instable : tout est basique et sans prétention. C’est marrant. Et bien fait. Comme cette référence aux comics, avec ces petits bandeaux qui placent l’histoire en temps et en lieu. Rien d’innovant certes. Juste un joli mélange de clins d’oeil respectueux et admiratifs. À une époque où la crise envahit les médias et les foyers et où toutes les têtes bien pensantes sermonnent les concitoyens sur leurs responsabilités, Lesbian Vampire Killers offre une folle parenthèse à ce monde qui se prend trop au sérieux. Et franchement, ça fait vraiment du bien!

Lesbian Vampire Killers, de Phil Claydon, disponible en DVD et Blu-ray à partir du 2 février 2010

« Are You Ready ? », le clip du nouveau groupe de Richard Ashcroft
L’écrivain américain Jerome-David Salinger, auteur du roman L’Attrape-cœurs, est décédé à l’âge de 91 ans,
Geraldine Pioud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *