Cinema

Les voisins de Dieu : coolitude, religion et amour ne cohabitent pas, même à Tel-Aviv

Les voisins de Dieu : coolitude, religion et amour ne cohabitent pas, même à Tel-Aviv

04 février 2013 | PAR Yaël Hirsch

Premier long métrage de Meni Yaesh, tourné en 15 jours, « Les Voisins de Dieu » a le peps et l’originalité d’un premier jet de talent. décrivant un trio d’amis à la fois cool et religieux à Bat-Yam, non loin de Tel-Aviv, le film brille par un contraste entre sa condamnation de la violence idéologique et son propos nuancé sur la religion. Sortie le 27 mars 2013.

Avi (Roy Assaf), Kobi (Gal Friedman), et Yaniv (Itzik Golan) sont trois amis dans leur vingtaine, jeunes, beaux sportifs et… juifs pratiquants. A la fois « cools » (pétards, musique techno et soirées entre potes) et observant, ils ne se contentent pas de suivre les cours de leur rabbin et de créer des compilations de l’électro louant la grandeur de Dieu sur laquelle les rabbins de la mouvance des Bratslav peuvent enjoindre les juifs à se réjouir et à danser . Il se sont également auto-proclamés gardiens  de leur quartier de Bat Yam, traquant tout infraction à la pudeur ou au repos du Shabbat. Violents, gangsters les trois garçons ne sont pas non plus démunis de coeur… Et la plus vieille histoire du monde se produit : Avi, l’un des mousquetaire tombe amoureux de la belle et trop court vêtue Miri (Rotem Ziesman-Cohen). Sensible à la religion sans être orthodoxe, la jeune-femme fait réfléchir son prétendant qui se désolidarise du groupe sur le mode de la crise de foi…

Plein de tendresse pour les trois jeunes qu’il décrit et comme gorgé de leur énergie, le film de Meni Yaesh est une grande réussite à la fois esthétique et humaine. Tranche de vie plus que véritable histoire, « les voisins de Dieu » critique avec empathie les débordements de violence que la foi peut occasionner. Mais sans jeter ce qu’il peut y avoir de structurant et de profond dans cette croyance religieuse. Intraitable sur la question du racisme anti-arabe ou celle de la violence gratuite à l’égard du voisinage, le film n’en demeure pas moins à vingt mille lieues d’un « Fight-Club » à la juive. Il préfère montrer des personnages complexes : un peu gangsters, très immatures, mais également capables d’amour, de peines, et aussi de questionnements. Un film tout en nuances, porté par un rythme ciselé et des images d’une beauté saisissante. Pas étonnant qu’il ait été primé à la Semaine de la Critique et à Saint-Jean de Luz.
Les voisins de Dieu, de Meni Yaesh, avec Roy Assaf, Gal Friedman, Itzik Golan, Rotem Ziesman-Cohen, Israël, 2011, 1h38. Sortie le 27 mars 2013.
(c) Bizibi Productions

Wadjda, de Haifaa Al-Mansour, quand une petite fille et un vélo révolutionnent le cinéma saoudien
Les 10 incontournables de la semaine du 4 février
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

One thought on “Les voisins de Dieu : coolitude, religion et amour ne cohabitent pas, même à Tel-Aviv”

Commentaire(s)

    Publier un commentaire

    Votre adresse email ne sera pas publiée.

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *