Cinema

Les sorties cinéma de la semaine du 21 novembre

Les sorties cinéma de la semaine du 21 novembre

20 novembre 2012 | PAR Bastien Stisi

De l’épouvante (La Maison au bout de la Rue), de l’émotion (The Impossible), de l’histoire (Les Lignes de Wellington), de la subversion (Thérèse Desqueyroux) ou de l’humour d’un autre âge (La scandaleuse de Berlin), les sorties cinématographiques de la semaine sont marquées par le sceau de la diversité et de l’éclectisme le plus total.

The Impossible (USA, ESP, 1h47) de Juan Antonio Bayona, avec Naomi Watts et Ewan McGregor.

Film catastrophe de l’automne, The Impossible raconte, d’après une histoire vraie, le parcours d’une famille séparée par le tsunami thaïlandais de décembre 2004. Au milieu de centaines de milliers d’autres victimes, un couple et leurs enfants vont affronter les ravages des flots et de la nature. Un film en hommage aux victimes de la catastrophe.

Une nouvelle chance (USA, 1h51) de Robert Lorenz avec Clint Eastwood et Justin Timberlake.

Un découvreur de talents émérite spécialisé dans le baseball voit sa vie basculer avec la perte progressive de sa vue. En guise d’ultime défi et afin d’affronter son destin, il décide de partir pour Atlanta, accompagné de sa fille, et d’aller dénicher une dernière trouvaille.

Thérèse Desqueyroux (FRA, 1h50) de Claude Miller avec Audrey Tautou et Gilles Lellouche

Dans un village landais, où les coutumes ancestrales obligent les familles à arranger les mariages, Thérèse Larroque, qui devient Madame Desqueyroux, défient les conventions et les traditions afin de vivre pleinement ses envies. Une ode à la liberté, qui signe le grand retour de Claude Miller derrière la caméra.

Comme des Frères (FRA, 1h44) de Hugo Gélin avec François Xavier-Demaison et Nicolas Duvauchelle

A l’enterrement de leur meilleure amie Charlie, trois amis (Boris, Elie et Maxime) se souviennent d’une promesse qu’ils n’ont jamais tenue : la rejoindre en Corse. Ils décident alors de partir tous les trois. Un voyage initiatique de 900 kilomètres, ponctué de rebondissements qui leur permettra de se découvrir véritablement, et ce pour la première fois de leur existence.

Royal Affair (DAN, 2h16) de Nikolaj Arcel avec Mads Mikkelsen et Alicia Vikander

En 1770, la reine Caroline Mathilde et Struensse, le médecin personnel du roi, entretiennent une relation secrète et philosophique qui bouleversera à jamais  le destin de la nation danoise. Influencé par les idées des Lumières véhiculées par Rousseau et par Voltaire, cette histoire véritable mais romancée, mise en scène par l’excellent Nikolaj Arcel, annoncera les révolutions politiques et sociales qui bouleverseront l’Europe à la fin du XVIIIe siècle.

Les lignes de Wellington (FRA, 2h31) de Valérie Sarmiento avec John Malkovich et Marisa Paredes

En septembre 1810, les troupes napoléoniennes, emmenées par le Maréchal Masséna, envahissent le Portugal. Lors de la bataille de Buçaco, le maréchal de France est vaincu.Pour autant, Portugais et Britanniques, sous le commandement du Général Wellington, battent en retraite. Wellington espère ainsi attirer l’ennemi à Torres Vedras, où il a fait bâtir des lignes de fortifications infranchissables. Cette stratégie, couplée à une opération de terre brûlée, plonge les populations civiles dans l’exode. C’est la deuxième fois que John Malkovich participe à une réalisation sur l’épopée napoléonienne, après son interprétation de Talleyrand dans le téléfilm d’Yves Simoneau, il y a dix ans.

Au-delà des collines (FRA, BEL, ROU, 2h30) de Cristian Munqiu avec Cosmina Stratan et Cristina Flutur

Alina revient d’Allemagne pour y emmener Voichita, la seule personne qu’elle n’ait jamais aimée et qui l’ait jamais aimée. Mais entre-temps, Voichita a rencontré Dieu, et est tombé dans l’adoration divine. Tiraillée entre les deux amours de sa vie, entre le terrestre et le spirituel, Voichita va devoir faire un choix, et réaliser le choix le plus complexe de son existence…

La Maison au bout de la Rue (USA, CAN, 1h41) de Mark Tonderai avec Jennifer Lawrence et Elisabeth Shue

Lorsque Elissa et sa mère emménagent dans une nouvelle ville pour commencer une nouvelle vie, les deux femmes sont bien loin de se douter que la maison voisine a jadis été le théâtre d’un affreux massacre, qui a vu une jeune fille y assassiner sauvagement ses parents. Elissa, alors, devient ami avec un jeune garçon, qui a survécu à la sauvagerie voisine, et se confronte à un passé trouble et délétère. Les ennuis ne font alors que commencer…

Jusqu’à mon dernier Souffle (IND, 2h50) de Yash Chopra avec Shah Rukh Khan et Katrina Kaif

Lorsqu’il rejoint l’armée indienne au Cachemire afin de fuir son ancienne vie londonienne, le mystérieux Samar fait la rencontre d’Akira, une journaliste qui tombe sous l’emprise de son charme. Une romance bollywoodienne, réalisée par Yash Chopra.

Little Bird (HOL, 1h21) de Boudewjin Koole avec Rick Lens et Ricky Koole

Jojo, dix ans, est souvent livré à lui-même. Entre une mère absente et un père qui perd pied, il trouve secrètement un peu de réconfort auprès d’un choucas tombé du nid. Ce petit oiseau, pourtant plus fragile que lui, va lui donner la force d’affronter la réalité…Intimement lié au parcours personnel de son réalisateur, Little Bird est un grand succès critique et populaire aux Pays-Bas, et a même été choisi pour représenter son pays aux Oscars de 2013.

Red Heart (NOR, IRA, 1h18) de Hallkawt Mustafa avec Shahen Jamal et Soran Ibrahim

Roméo et Juliette. Tristan et Iseult. Eléa et Païkan. La narration des amours impossibles dépasse les âges et les époques, et s’exporte aujourd’hui en Irak, avec l’histoire de Shirin et Soran, deux adolescents qui vivent un amour profond et véritable en cachette, contraints de s’enfuir pour échapper à un mariage arrangé…L’odyssée amoureuse, rapidement, tourne au drame.

Les Derniers jours de l’Hiver (IRA, 52 min) de Mehrad Oskouei

Au sein d’une Maison de Correction pour mineurs de Téhéran, un groupe d’adolescents s’apprête à célébrer le Nouvel An iranien. Ce documentaire propose une vision nuancée et lucide sur la situation de ces enfants, marginalisé par un destin cruel et tragiquement hors du commun.

Les rééditions de la semaine

Chinatown (USA, 2h02, 1974) de Roman Polanski avec Jack Nicholson et Faye Dunaway

Classique absolu du très controversé Polanski, Chinatown raconte l’histoire de Gittes, détective privé entêté, qui se trouve confronté à une sordide affaire de meurtre après avoir été engagé pour une affaire on ne peut plus banale. Malgré la menace permanente de tueurs professionnels, Gittes tient à résoudre personnellement cette dangereuse affaire…

La Scandaleuse de Berlin (USA, 1h56, 1949) de Billy Wilder avec Marlene Dietrich et Jean Arthur

Missionné à Berlin en 1946 afin d’enquêter sur la moralité des troupes étasuniennes d’occupation, Phoebe Frost, fonctionnaire austère et coincé, découvre une armée livrée à la décadence, au sein de laquelle les soldats entretiennent des relations avec de jeunes allemandes et où le marché noir est un réflexe quotidien pour tous. Chef d’oeuvre du légendaire Billy Wilder, La Scandaleuse de Berlin est un classique d’humour décapant qu’il convient absolument de découvrir ou de redécouvrir à cette occasion !

Visuels (c) : affiches des films

L’universel en question les 1er et 2 décembre à la mairie du 3e
Les 12 expositions incontournables de la rentrée 2013 !
Bastien Stisi
Journaliste musique. Contact : [email protected] / www.twitter.com/BastienStisi

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *