Cinema

Le voleur de Louis Malle, dandysme et anarchie

09 octobre 2011 | PAR Coline Crance

Pour le plus grand plaisir des spectateurs, le film Voleur adapté du roman de Darrien de Louis Malle ressort en salle en copie neuve. Porté par un casting de choix, Jean  Paul Belmondo, Julien Guiomar, Marie Dubois ou encore Charles Denner, ce film emporte dans les méandres des sentiments et la rébellion d’un jeune voleur nommé Randal et incarné par Belmondo. Un film à redécouvrir sans faute.

Louis Malle livre avec Le Voleur l’un de ses meilleurs films. Le ton sobre et classique joue avec une ironie parfaitement maîtrisée des codes de la société du 19e siècle. Randal, ce bourgeois déchu,  incarne avec brio ce cambrioleur pris en proie avec ses pulsions contradictoires. Images ténébreuses et sadiques de la perdition, Randal est entouré de femmes ravissantes qu’il utilise pour contrer ses propres paradoxes. Il définit alors sa propre misogynie de Don Juan misanthrope. Les femmes tour à tour sont à la fois des armes, des complices, des amantes et des soeurs mais aucune ne lui donne le goût de vivre, l’enfermant toujours plus irréductiblement dans sa spirale infernale de voleur.  Voleur incompris par les siens, il n’aura jamais le panache comme le grand et talentueux Cannonier, ( incarné avec brio par Charles Denner), d’associer au vol des fins politiques. La propriété foncière est d’ailleurs finalement l’une de ses grandes aspirations. Il spoliera son oncle et le notaire pour venger sa triste enfance.

Cette exaltation de l’action pure, éloignée de tous alibis réactionnaires ou contingents, donne à ce film une cohérence totale dans le portrait que dresse Louis Malle de la société. Cynique, parfois violent, se jouant des choses et des sentiments, Louis Malle signe un film à l ‘infaillible liberté de ton. Dans ce vertige de la perdition et de la solitude, l’évolution linéaire du film ennuie quelques fois par sa lenteur.  Néanmoins Louis Malle  la justifie par l’élaboration minutieuse de ce grand échiquier des comportements humains aux attaques latentes.

Le Voleur de Louis Malle, avec Jean Paul Belmondo, Julien Guiomar, Marie Dubois, Charles Denner. Durée : 2h00, sortie en salle : le 12 Octobre 2011

 

 

 

Infos pratiques

Live Report: Ben Howard berce le Café de la Danse le 5/10/2011
Live Report: La Journée JIMI du Festi’Val de Marne le 8/10/2011
Coline Crance

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *