Cinema
Le Territoire des Loups : le survival de Joe Carnahan déçoit

Le Territoire des Loups : le survival de Joe Carnahan déçoit

16 février 2012 | PAR Vincent Brunelin

Après avoir signé l’adaptation sur grand écran de la série L’Agence tous risques, le réalisateur américain renoue avec un cinéma plus sombre et embarque cette fois Liam Neeson dans un survival formellement maîtrisé, mais à la symbolique trop appuyée pour ne pas dire indigeste. Sortie le 29 février.

Synopsis : Comme beaucoup de ceux qui choisissent de vivre au fin fond de l’Alaska, John Ottway a quelque chose à fuir. De sa vie d’avant, il garde le souvenir d’une femme, une photo qu’il tient toujours contre lui, et beaucoup de regrets. Désormais, il travaille pour une compagnie pétrolière et protège les employés des forages contre les attaques des animaux sauvages. Lorsque le vol vers Anchorage qu’il prend avec ses collègues s’écrase dans l’immensité du Grand Nord, les rares survivants savent qu’ils n’ont que peu de chances de s’en sortir…

Joe Carnahan est on le sait adepte d’un cinéma gonflé à la testostérone, d’aucuns diraient couillu. Le Guy Ritchie américain en quelque sorte. Révélé en 2002 avec Narc, le réalisateur s’était alors démarqué du tout-venant hollywoodien en livrant un polar noir, brut et hanté. Suite à un passage par le blockbuster pas franchement convaincant, c’est non sans curiosité qu’on attendait son incursion dans le registre du survival, un genre à priori fait pour lui au regard de ses thèmes de prédilection et de sa mise en scène nerveuse.

On retrouve donc des hommes, des vrais, dans un décor hostile entre paysages enneigés et nuits glaciales, et sur la forme le cinéaste prouve effectivement qu’il n’a pas perdu la main. Caméra à l’épaule et photo granuleuse, il saisit la radicalité des lieux et expose de manière abrupte la souffrance des corps exsangues. Problème, Carnahan met en scène des personnages trop stéréotypés et nappe cette âpreté formelle d’un symbolisme un peu lourdingue sur la mort, la foi et la rédemption, qui vide progressivement le film de son souffle dramatique. Pire, il nous ressert la bonne vieille image du loup (qu’on avait pourtant laissé tranquille depuis un moment) comme allégorie de l’homme face à son animalité. Déjà vu Joe…

 

Le Territoire des Loups, de Joe Carnahan, avec Liam Neeson, Dallas Roberts, Frank Grillo
USA, Thriller, Survival, 1h57
Sortie le 29 février 2012

Infos pratiques

Les quatre jumelles de Copi, Rabeux et Dunkerque en balade sur le Bateau feu
Olivier Py est Prométhée et inversement aux Ateliers Berthier
Vincent Brunelin

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *