Cinema
Le Palmarès du Festival des 3 Continents est tombé avec deux films ex-aequo

Le Palmarès du Festival des 3 Continents est tombé avec deux films ex-aequo

01 décembre 2020 | PAR quentin didier

C’est la réalisatrice coréenne Yoon Dan Bi pour son film Moving on et le japonais Kazuhiro Soda pour Professeur Yamamoto qui se voient offrir la Montgolfière d’or.

La 42e édition du Festival des 3 continents s’est déroulée du 20 au 29 novembre. Situation exceptionnelle oblige, l’édition s’est déroulée entièrement en ligne. Les spectateurs pouvaient assister une fois par jour à la projection d’un film qui a marqué les dix dernières éditions. De plus le week-end de la clôture, il était possible de découvrir deux des huit films en compétition.

Une Montgolfière d’or Ex-aequo

Moving on de Yoon Dan Bi a été récompensé, Annemarie Jacir membre du jury déclare : « C’est un film qui nous a tous touché et nous avons senti que c’était une histoire très bien construite, bien racontée et émouvante. ». Le film coréen narre la vie quotidienne d’une famille décomposée. Okju et son petit frère doivent emménager chez leur grand-père malade, et vont également cohabiter avec leur tante. Une histoire traditionnelle sur la famille comme le cinéma asiatique c’est très bien le faire lorsqu’on regarde certains succès critique et publics passés.

Le cinéaste japonais Kazuhiro Soda se voit attribuer la Montgolfière d’or ex-aequo pour son film Professeur Yamamoto : « [..] un film inspirant, un hommage à l’humanité ». Kazuhiro Soda capture les dernières consultations que le psychiatre Dr.Yamomoto consacre à ses patients avant son départ en retraite. Pas besoin d’en dire plus pour comprendre l’intensité et la beauté de ces images, de cet aurevoir entre médecin et patient qui se connaissent de longue date.  

La mention spéciale du jury

Le jury du Festival des 3 Continents décerne une mention spéciale au film argentin Las Ranas d’Edgardo Castro. Le film raconte comment une très jeune mère tente de sauver son couple et sa famille alors que son compagnon est incarcéré. Une œuvre dure et réaliste sur l’Argentine d’aujourd’hui à propos de laquelle Nabil Ayouch remarque : « sa très belle introspection de l’intimité à la fois carcérale et sa plongée en apnée dans l’univers d’une prison en Argentine dans laquelle il [le réalisateur] nous a véritablement transportés avec lui ».

Les récompenses du jury jeune

La 42e édition du Festival des 3 Continents recueille aussi l’avis d’un jury jeune. Ils ont récompensé le film Kokoloko du Mexicain Gerardo Naranjo. Kokoloko raconte l’histoire tragique de Marisol, jeune femme coincée entre un cousin violent et un amant qui veulent décider chacun de son propre destin. Le jury jeune loue « son langage brut et son intensité, son grain singulier et son visuel intime » ainsi que « la beauté singulière de ses personnages ».

Le jury jeune du festival décerne une mention spéciale au film Les Travaux et les jours de Curtis W Winter et Anders Edström. Ici c’est le portrait du Japon rural qui est dressé dans une œuvre monde s’étalant temporellement sur cinq saisons et quatorze mois. Le jury jeune met en avant « son rythme hors du temps capturant l’essence d’un quotidien, ses visuels apaisants à l’esthétique simple et presque aseptique, son travail du son qui nous immerge dans son univers rural, ses dialogues aux anecdotes sans extravagances et pourtant captivantes ».

Le Festival des 3 Continents propose une nouvelle fois une compétition entre des films encrés dans la réalité des quatre coins du monde. Les histoires sont réalistes, intimes et touchantes.

Visuel : Moving on

Le divin Or du Rhin pour quelques-uns à l’Opéra Bastille
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à 86 ans
quentin didier

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Soutenez Toute La Culture