Cinema

Lars von Trier, Provoc-maniac ?

Lars von Trier, Provoc-maniac ?

29 juillet 2013 | PAR Yaël Hirsch

 

Pour le lancement de son prochain film « Nymphomaniac » avec Charlotte Gainsbourg et Shia Laboeuf, Lars von Trier mène une campagne de teasing jouant à 100 % la carte de la provoc’. Photos explicites et vidéos sexy commencent à s’accumuler sur le site officiel du film, qui sort le 25 décembre 2013. Le père du dogme aurait-il rajouté la provocation comme art de vivre à son programme cinématographique exigeant ?

On sait déjà depuis le mois d’avril que « nymphomaniac » est un « drame pornographique » qui devrait sortir en deux versions, une « soft » et une « hard ». Pour sa troisième collaboration avec Charlotte Gainsbourg, Lars von Trier choisit de se tourner vers le sexe pour assurer le buzz autour du film.

Tandis que deux extraits vidéos sont déjà sortis sous le titre « mise en bouche et ressemblent à des débuts maussades mais sans suite croustillante de films pornos des années 1980 (scène banale de train, The complete Angler,  ou de bureau aux couleurs ternes, Jérôme,  qu’on sent potentiellement pouvoir dégénérer mais qui restent juste maussades), deux photos suggestives ont été publiées : une où l’équipe du film semble saisie en grande partouze triste et l’autre où Shia Laboeuf tient nue la toute jeune héroïne du film : Stacy Martin. Avec pour sous-titre « Forget about love » et comme mot d’ordre de son deuxième extrait « L’amour n’est que de la luxure avec de la jalousie ajoutée », « Nymphomaniac » nous promet de bien tristes désillusions…

Après ses propos déplacés qui l’on rendu indésirable à Cannes, lors de la sortie de « Melancholia« , sa proposition de revisiter une œuvre nazie lors d’un concours à Copenhague, cette campagne tirant vers le porno est une énième provocation facile pour Lars von Trier. Peut-on lui suggérer qu’ils nous a bien plus secoués quand il a décrit avec une justesse terrible la relation passionnée de « Breaking the Waves » et que son cinéma, clinique et profond, se suffit à lui même pour choquer, sans besoin de breloques comme des nudités crues ou des saluts hitlériens?

Erwan Seznec décrypte un grand scandale immobilier
Playlist : J.J. Cale en 10 morceaux
Yaël Hirsch
Co-responsable de la rédaction, Yaël est journaliste (carte de presse n° 116976), docteure en sciences-politiques, chargée de cours à Sciences-Po Paris dont elle est diplômée et titulaire d’un DEA en littérature comparée à la Sorbonne. Elle écrit dans toutes les rubriques, avec un fort accent sur les livres et les expositions. Contact : [email protected]

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *