Cinema
La chanteuse de tango, d’une déchirante sensualité

La chanteuse de tango, d’une déchirante sensualité

31 mars 2011 | PAR Geraldine Pioud

Adeptes de tango argentin, de musique et de belles images, vous serez servis! Pour les autres, « La chanteuse de tango » sera une belle occasion de découvrir une comédienne attachante et un univers musical et esthétique qui invite aux voyages.

Synopsis : « Helena est un grand espoir du tango. Elle est profondément, passionnément amoureuse. Lorsqu’elle passe avec succès une audition avec son groupe pour une résidence dans un prestigieux théâtre de Buenos Aires, sa carrière semble prendre son envol. Mais elle est alors frappée par un drame: l’homme qu’elle aime ne l’aime plus. Pour Helena qui vit et chante pour l’Amour, c’est le bout du chemin. Obsédée et torturée par cette perte, Helena est incapable de dépasser la blessure de son cœur et devient l’ombre d’elle-même. Mais que se passerait-il si elle s’en allait pour tout recommencer ailleurs? Qu’arriverait-il si elle laissait derrière elle sa souffrance et entamait une nouvelle vie dans un autre pays? Peut-être serait-elle alors capable d’abandonner sa douleur pour, lentement, réapprendre à vivre et à aimer… »

Eugenia Ramírez Miori, actrice de théâtre très connue en Argentine et par ailleurs danseuse professionnelle de tango, incarne avec beaucoup de grâce et de sensualité son personnage, Helena, chanteuse torturée suite à la rupture d’avec son grand amour. Cette femme qui voit son monde s’écrouler trouvera pourtant en elle la force de repartir. Mais ailleurs. Loin de tout ce qui lui rappelle cette histoire qui s’achève dans la douleur. La musique sera son sauveur, et c’est par elle qu’Helena retrouvera petit à petit goût à la vie.

Si la première partie de La chanteuse de tango tâtonne un peu, toute la seconde moitié propose un vrai point de vue narratif et des vrais choix esthétiques. La musique est sublime, envoûtante, permettant à l’actrice de laisser exploser sa douleur et sa sensualité. Les autres comédiens partagent avec elle cet élan de déchirement et d’espoir, qui parfois explose, parfois se retient. L’ensemble donne une oeuvre qui pose sans retenue les problématiques amoureuses et les possibles qui s’ouvrent après le deuil qu’engendre la séparation.

La chanteuse de tango (La Cantante de Tango), de Diego Martinez Vignatti, avec Eugenia Ramírez Miori, Bruno Todeschini, Andrés Ramírez, Pieter Embrechts
Belgique / Argentine, 1h42, Drame
Au cinéma le 6 avril 2011

Infos pratiques

Jazz : Jérôme Sabbagh / Ben Monder / Daniel Humair en concert au Sunset
Rouge Coco Shine de Chanel : une animation pleine de chic au Printemps Haussman Beauté
Geraldine Pioud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *