Cinema

Julia Roberts

22 septembre 2010 | PAR Pamina Le Guay

Julia Roberts, est une initiatrice, elle est la première a avoir donné ses lettres de noblesse à la comédie romantique, la première actrice payée à l’égal des hommes, la première star hollywoodienne a poser pour Vogue et… la plus grande star dans le cœur des adolescentes des années 90.



Julia Roberts, fille d’un vendeur d’aspirateurs et d’une secrétaire d’église, est née le 28 octobre 1967, à Atlanta, dans l’état de Géorgie aux Etats-Unis. Passionnée par les animaux, Julia Roberts rêvait de devenir vétérinaire. Mais elle ne concrétisera pas ce rêv;e  comme happée par l’univers artistique, elle abandonna ses études de journalisme pour déménager à New York. Dans la grosse pomme, elle signe avec la Click Modeling Agency, une agence de mannequinat, et s’inscrit à un cours d’art dramatique.

Le succès chez Julia Roberts est une histoire de famille, en effet c’est grâce à son grand frère, Eric, qu’elle démarra sa carrière. Il l’a introduite dans des petits rôles sur des tournages de séries télévisées Forever Young et Deux Flics à Miami.

Mais ce n’est qu’en 1988 qu’elle perce et marque les esprits des cinéphiles en incarnant Daisy dans le film indépendant Mystic Pizza. Un rôle qui lui valut une nomination aux Independent Spirit Awards dans la catégorie du meilleur premier rôle féminin. La même année, elle joue une jeune mariée diabétique dans Steel Magnolias, sa première nomination aux Oscars, dans la catégorie meilleur second rôle féminin.

En 1990, elle est propulsée au rang de super star, grâce à son premier rôle dans Pretty Woman de Gary Marshall, où elle incarne Vivian Ward, une Cendrillon du XXe siècle, face à Richard Gere : le genre du « cinéma pour filles » est lancé. Outre son phénoménal succès qui en fait, encore aujourd’hui, une référence dans le genre de la comédie romantique, le film vaudra à Roberts une multitude de nominations dont une pour l’Oscar de la meilleure actrice.

En 1992, elle incarne discrètement mais avec beaucoup de malice, la Fée Clochette dans Hook de Steven Spielberg. Julia Roberts renoue réellement avec le succès en 1993 avec L’affaire Pelican, un thriller politique adapté d’un roman de John Grisham, dans lequel elle partage l’affiche avec Denzel Washington. L’année d’après, elle joue dans la comédie musicale Tout le monde dit I love you de Woody Allen.

En 1997,  elle revient au genre de ses débuts et partage l’affiche du Mariage de Mon Meilleur Ami avec Rupert Everett. Énorme succès au box-office, sa participation l’introduit dans la liste des actrices les mieux payées d’Hollywood. Suit en 1998 Ma Meilleure Ennemie de Chris Columbus, une comédie dramatique qu’elle coproduit et dont elle partage la vedette avec l’une de ses meilleures amies à la ville, Susan Sarandon. En 1999, elle tient le premier rôle  dans Coup de Foudre à Notting Hill de Roger Michell , qui narre l’histoire d’une star mondiale du cinéma tombant amoureuse d’un libraire,  incarné par le très british Hugh Grant.

 

En 2000, Julia Roberts incarne le personnage réel d’ Erin Brockovich, une assistante juridique au grand cœur qui se bat contre la compagnie Pacific Gas & Electric, accusée d’empoisonner l’eau potable. C’est grâce à ce film qu’elle obtient la précieuse statuette de l’Oscar de la meilleure actrice

Avec ce film Roberts accède au rang d’actrice la mieux payée du monde.

Après, Julia Roberts enchaîne les grosses productions où son nom seul suffit à en garantir le succès commercial. C’est ainsi qu’elle figure en tête de Couple de Stars de Joe Roth et qu’elle se retrouve sur le plateau du célébrissime Ocean’s Eleven de Steven Soderbergh.

En 2005, arrive son rôle d’ Anna, dans le troublant Closer, de Mike Nichols qui marque un nouveau tournant de sa carrière. Julia Roberts incarne une photographe aux côtés de Natalie Portman, Jude Law et Clive Owen. Le film, au langage cru, est un carton en Europe.

S’en suit une absence de 3 ans, pendant laquelle Julia Robert a privilégié sa vie privée. Aujourd’hui, elle partage sa vie entre son ranch à Taos, au Nouveau Mexique et son appartement à New York. Elle vit avec son mari Daniel Moder, un caméraman qu’elle a rencontré sur le plateau du Mexicain et épousé en 2002. Ils ont eu trois enfants: les jumeaux Phinnaeus Walter et Hazel Patricia, nés en 2004, et Henry Daniel, né en 2007.

En 2007, elle prête sa voix à deux dessins animés Lucas, fourmi malgré lui et Le petit monde de Charlotte.

Julia revient au cinéma en 2008 avec le film La guerre selon Charlie Wilson où elle retrouve le réalisateur de Closer, Mike Nichols.

En 2009, Julia Roberts partage l’affiche du film d’espionnage Duplicity avec Clive Owen et rejoint l’impressionnant casting de la comédie romantique Valentine’s Day de Garry Marshall.

En ce mois de septembre 2010, elle présente  Eat, Pray, Love de Ryan Murphy, le film dont elle est la tête d’affiche. A cette occasion, elle a reçu le prix Donostia, récompensant l’ensemble de sa carrière, au Festival de Saint-Sébastien.

La carrière de Julia Robert ne se limite pas uniquement au grand écran. Elle a fait quelque apparitions sur les plateaux de différentes séries télévisées (Friends et New York : Police Judicaire) et sur les planches new-yorkaises. Lors de sa dernière performance théâtrale en 2006, l’actrice a subi un franc désaveux de la critique.

Aujourd’hui, elle est à la tête de sa propre boîte de production, Red Om Films et est très active au sein de l’Unicef.

Goût de Chiotte: les toilettes s’exposent à Paris avec l’exposition chiotissime
Live Report: Irène Roussel, une voix de Piaf
Pamina Le Guay

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *