Cinema
« Juifs et Musulmans », un documentaire à ne pas manquer

« Juifs et Musulmans », un documentaire à ne pas manquer

15 octobre 2013 | PAR Hassina Mechaï


 

 

 

 

 

 

 

 

Les 22 et 29 octobre sera diffusé sur Arte le documentaire « Juifs Et Arabes, si loin, si proches ». Réalisé par Karim Miské, ce documentaire en quatre parties retrace 1400 ans d’une relation entre clarté et obscurité. Un film à ne pas manquer… 

Yishmaël et Isaac: Celui que Dieu écoute et Celui qui rit. Deux descendants d’Abraham/ Ibrahim mais de mère différente, Hagar et Sarah. D’Isaac naîtront Esaü le velu et Jacob le supplanteur devenu après sa lutte avec l’ange Israël, Celui qui lutte avec Dieu. D’Israël le lutteur et de Yishmaël, celui qui écoute, naîtront 12 fils chacun, 12 tribus qui formeront deux peuples : le peuple hébreux et le peuple arabe.

Peuples ennemis ? Pas forcément. Si la Bible mentionne effectivement des luttes fratricides du peuple hébreu avec d’autres peuples proches, il s’agira plus de guerres avec les Edomites (descendants d’Esaü), ou encore avec les Ammonites et les Moabites (descendants de Lot, neveu d’Abraham). Voilà pour l’arcane biblique de cette relation dont les réminiscences structurent encore notre scène contemporaine.

Mais alors pourquoi  ces frères du Livre, Juifs et Arabes, sont-ils présentés comme irréductiblement ennemis ? C’est à cette interrogation que le documentaire Juifs et Musulmans, si loin si proches tente de répondre. Diffusé sur Arte les 22 et 29 octobre prochain, ce documentaire a été réalisé par Karim Miské, lequel s’était déjà penché sur le fait religieux lors d’autres documentaires remarqués (rien à voir, ou presque, mais c’est ce même Karim Miské qui a écrit l’excellent Polar Arab Jazz).  Divisé en quatre parties qui explore chacune un temps précis de cette relation judéo-musulmane, le documentaire mêle habilement récits prenants sur fond d’élégantes animations graphiques et interventions d’experts, chercheurs internationaux, juifs et musulmans. Des images d’archives contemporaines viennent illustrer le dernier volet consacré à  la guerre des Mémoires (1945-2013). « J’ai mené ce documentaire comme une enquête policière, nous explique ainsi Karim Miské. Je voulais comprendre pourquoi cette relation, entre ses hauts et ses bas, pose la question fondamentale de l’altérité. L’Autre avec qui on se construit mais aussi l’Autre contre lequel on s’affirme ».

Le frère de l’Autre

Ce documentaire, très didactique, montre ainsi comment dans l’Arabie préislamique, tribus juives et tribus arabes polythéistes ont coexisté longtemps ensemble. Sans se mêler d’exégèse religieuse et suivant un fil conducteur historique, le documentaire revient sur les débuts de l’Islam comme troisième religion révélée. Les tribus arabes avaient refusé toute idée de conversion au Christianisme ou au Judaïsme (prosélyte à l’époque) par peur de la mainmise automatique de Byzance ou de la Perse que ces conversions entraîneraient. Mais dans un syncrétisme étonnant, l’Islam à ses débuts adoptera certains principes du judaïsme, comme la prière en direction de Jérusalem ou le jeûne de Kippour.

« Il y a eu, dès le début, entre les Arabes et les Juifs un véritable mécanisme d’attraction-rejet qui les a nourris les uns les autres » note ainsi Karim Miské. Deux figures abordées dans ce documentaire illustrent cette relation ambiguë. D’abord l’énigmatique Ka’b Al Akhbar, érudit juif yéménite converti à l’Islam au temps du second Calife Omar au 7ème siècle. Ka’b Al Akhbar aura ainsi une influence importante sur l’interprétation du Coran, faisant entrer des pans entiers de récits bibliques dans le corpus religieux musulman. Puis des maîtres juifs élaboreront à leur tour leur exégèse à la lumière de la pensée islamique originelle, que ce soit à Bagdad, Damas ou Cordoue. A Ka’b Al Akhbar répondra des siècles plus tard comme un double parfait Saadia Gaon, penseur juif du 9eme siècle, qui renouvellera ainsi l’interprétation du Talmud en se basant sur la méthode du Qalam musulman, qui était lui-même une réponse à l’aristotélisme redécouvert. Ou encore Maïmonide, philosophe juif de la Cordoue du  12ème siècle qui écrira en arabe des commentaires entiers de la Mishna (Loi orale juive) et dont les écrits sont comme un écho à ceux d’Averroès, autre savant de Cordoue, musulman cette fois. Vertigineux appel de sens, dialectique immuable entre ces deux peuples …

Ce documentaire explore tout cela, dans une chronologie méticuleuse qui rend le propos fluide et passionnant. Le documentaire montre également comment les croisades ou les persécutions (dans l’ Espagne très catholique et très inquisitoriale notamment) menées contre la figure de l’Autre, Juif et Arabe, ont permis à l’Europe de se construire dans son identité chrétienne.

La dernière partie pose avec retenue le décor de la crispation juifs/musulmans actuelle. Deux nationalismes, juif et arabe, qui naissent d’empires en collapse et se construiront l’un contre l’autre. Sionisme contre Nationalisme arabe, cristallisé autour de la Palestine mandataire. Et pourtant là encore des ponts : Rachid Rida journaliste fondateur d’Al Manar qui écrira avant Zola le premier article défendant Dreyfus. Ces Juifs du monde arabe qui soutiendront en Tunisie par exemple la lutte contre le protectorat français. Ou encore le Roi du Maroc, Mohamed V, qui alléguera de la protection ancestrale offerte aux Juifs du Maroc par leur statut de Dhimmis pour leur éviter l’application des lois de Vichy.

Ce documentaire est une vraie réussite. Evitant l’écueil de voir le propos dilué par le temps historique qui est mis en lumière, il réussit le tour de force d’être à la fois très pointu et aussi prenant qu’une œuvre de fiction.

Après visionnage, demeure la question de ces deux frères, Celui qui écoute et Celui qui lutte. Jusque dans leur profession de foi se retrouve comme une référence au frère, à l’Autre : le Shema Israël  (Ecoute Israël) du frère qui lutte en écho au  Jihad (la lutte intérieure à l’origine) du frère qui écoute. Etrange inversion qui dit beaucoup de liens beaucoup plus complexes et étroits que l’actuelle géopolitique innervée de choc des civilisations veut nous faire croire.

Juifs et Musulmans, si loin, si proches, 22 et 29 octobre 2013, Arte, 22h05

Réalisation:Karim Miské

Auteurs: Karim Miské, Emmanuel Blanchard, Nathalie Mars , Production: Compagnie des Phares et Balises

voir le film, ici.

Mes seins et moi, tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’autre face du décolleté
[Live report] Clôture du Festival d’île de france où le mélange des genres sublimé par Yaron Herman
Hassina Mechaï

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *