Cinema

John Malkovich, un personnage atypique

01 février 2010 | PAR Delphine Ameline

john-malkovichJohn Malkovich est acteur, réalisateur et producteur américain. Sa voix nasillarde, ses mimiques ou tout simplement sa personnalité atypique font de lui un des plus grands acteurs du cinéma.

Né à Christopher dans l’Illinois en 1953, John Malkovich est passionné de théâtre. En 1976, il fonde sa troupe – le Chicago’s Steppenwolf Theater – et signe la mise en scène de 16 spectacles. Le jeune acteur décroche l’Oscar du Second rôle grâce au film les « Saisons du cœur » de Robert Benton. Remarqué par Steven Spielberg, il jouera dans « l’Empire du soleil ». Mais son premier grand rôle est incontestablement le terrible séducteur Valmont des « Liaisons dangereuses », adapté en 1988 par Stephen Frears. John Malkovich enchaine les tournages, dirigé par les plus grands comme Gary Sinise, Woody Allen, Manoel De Oliveira, Jane Campion ou encore Luc Besson. En 2002, il passe derrière la caméra. Il réalise son premier long-métrage : « The Dancer Upstaires ». Mais la carrière éclectique de John Malkovich est surtout marquée par le film qui tient son propre nom, « Dans la peau de John Malcovich » de Spike Jonze en 1999. Grinçant et farfelu, un film culte. Il n’abandonne pourtant pas sa passion pour le théâtre et décroche en 2008 le Molière du metteur en scène pour « Good Canary », une pièce de théâtre de Zach Helm.

Le 3 février prochain, l’acteur aux mille facettes sera à l’affiche de « Disgrace » de Steve Jacobs, inspiré du roman de J.M Coetzee, prix Nobel de la littérature.

John Malkovich est dans la peau de David Lurie cette fois-ci, intellectuel arrogant et professeur de poésie romantique à l’université du Cap en Afrique du Sud. Homme divorcé, il entretien une relation avec une de ses étudiantes. Forcé de démissionner par le scandale, il se réfugie chez sa fille Lucy, dans une ferme isolée dans une région que les blancs ont quitté à la fin de l’Apartheid. Une présence à peine tolérée par les noirs. David est alors le témoin du viol de sa fille. Une fois encore, John Malkovich joue un personnage complexe et ambigu.

 

« Disgrace » de Steve Jacobs sort le 3 février dans les salles. John Malkovich est à l’affiche aux côtés de Jessica haines et Eriq Ebouaney.

Bande – annonce du film :

 

Mauvaise passe pour Misha Barton
Festival de Sundance 2010: « Winter’s Bone » et « Restrepo » récompensés
Delphine Ameline

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *