Cinema

Five Days in Deauville

Five Days in Deauville

11 septembre 2010 | PAR Geraldine Pioud

Au cinquième jour la fatigue se fait sentir. Cette journée de vendredi sera intense, speed et riche.

Chaque Morning la vie reprend ses droits : le réveil sonne, l’éboueur passe, la femme de ménage se rend à son travail. Au coeur de cette banalité quotidienne, des plans volés dans le quotidien d’une famille : une table de salle à manger, un bocal avec un poisson rouge, un escalier vide,… Pour eux tout vient de voler en éclats, mais le réalisateur a la décence de ne pas braquer sa caméra sur l’horreur. Avec un talent certain, Leland Orser sème des indices, dans un montage presque en huis-clos malgré l’immensité de Los Angeles. Le drame qui s’est joué pour cette femme et cet homme est le pire qui puisse arriver à des parents. Chacun d’eux trouvera ses palliatifs afin de surmonter cette épreuve. L’ensemble du film est indescriptible, mais ne cesse de dégager une émotion dont il est difficile de se défaire. Un peu comme Mother and Child, le sujet touche à la famille, au deuil, à ce qui relie les êtres par-delà les épreuves de la vie. Un troisième coup de coeur festivalier en ce cinquième jour à Deauville.

Après le drame, place à la comédie. Cyrus aborde les difficultés qu’il peut y avoir lorsque l’on décide de refaire sa vie … quand un enfant d’une vingtaine d’années vit toujours à la maison! Molly et John vivent un amour imprévu, complice et intense. Sauf que Molly a un fils, Cyrus, qui ne semble pas vraiment prêt à partager sa maman. L’histoire va aller de quiproquos en coups bas, mais l’essentiel (l’amour que ces hommes portent à Molly) sera sauvé! Bonne comédie américaine, Cyrus offre une vision sarcastique des relations mère/fils. À découvrir avec ou sans ses enfants.

Meet Monica Velour nous parle aussi d’un adolescent. Tobe, presque 18 ans, est fan de Monica Velour (interprété par Kim Catrall, sublime au naturel), une actrice de films érotiques très célèbre dans les années 80. Par un concours de circonstances, Tobe se rend dans l’Indiana, où il y rencontre son idole, obligée de faire des shows dans un club de striptease pour arrondir ses fins de mois. Monica et Tobe vont petit à petit s’apprivoiser, se découvrir, et chacun apportera à l’autre une vision différente de l’existence. Entre les drames de chaque personnage et les envies inassouvies, c’est dans une forme de frustration que la relation entre eux va s’épanouir. Il y a dans Meet Monica Velour un vrai questionnement sur le temps qui passe : star il y a 20 ans, Monica a pris de l’âge et ne correspond plus aux critères de la femme sexy. Comment gérer les rides dans un « star system » qui ne fait pas de cadeau? Un film réalisé avec beaucoup de tendresse et d’humanité, un regard doux sur les femmes et sur la vie.

En ce vendredi, la soirée hommage à Annette Bening se déroule avec la projection de Tout va bien, The Kids Are All Right. Deux mamans, deux enfants adolescents, et un donneur de sperme. Puisqu’elle a 18 ans, Joni décide avec son frère de rencontrer celui grâce auquel ils ont pu avoir la vie. La rencontre se déroule à merveille. Trop peut-être. Car l’homme va prendre de plus en plus de place au sein de cette famille équilibrée. Célibataire et sans enfant, il va projeter, inconsciemment, ses désirs sur les enfants, puis sur les mamans. À tous moments le cocon risque d’exploser. Annette Bening et Julianne Moore incarnent à la perfection ce couple lesbien, sans rentrer dans la caricature ni dans la facilité. La réalisatrice Lisa Cholodenko a réussi à aborder un sujet complexe avec beaucoup d’humour et de détachement, tout en préservant l’essentiel du propos : l’amour de la famille.

Morning, de Leland Orser, avec Jeanne Tripplehorn, Laura Liney, Leland Orser, Elliott Gould
États-Unis. 1h32.
Prochainement

Cyrus, de Jay et Mark Duplass, avec John C.Reilly, Jonah Hill, Marisa Tomei, Catherine Keener
États-Unis. 1h32. Comédie
En salles le 15 septembre 2010

Meet Monica Velour, de Keith Bearden, avec Kim Cattrall, Brian Dennehy, Dustin Ingram
États-Unis. 1h21.
Praochainement

Tout va bien, The Kids Are All Right, de Lisa Cholodenko, avec Annette Bening, Julianne Moore, Mark Ruffalo, Mia Wasikowska
États-Unis. 1h46. Comédie dramatique
En salles le 6 octobre 2010

Ouverture du Studio 13-16 du Centre Pompidou
A la recherche du petit pull…
Geraldine Pioud

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *