Cinema
Festival du film israélien, soir 5 : Invisible et la vie de deux femmes

Festival du film israélien, soir 5 : Invisible et la vie de deux femmes

04 avril 2012 | PAR Celeste Bronzetti

Le Festival du film israélien touchait à son terme au moment de la projection de Invisible, une réalisation de Michal Aviad. La metteur en scène israélienne raconte l’histoire de deux femmes si différentes qui n’auraient jamais pu se rencontrer si un élément inquiétant de leur passé ne les avait pas autant rapprochées.

Des vies, des choix, des réactions divergents les séparent jusqu’au moment où, pour un hasard du destin, elles se rencontrent lors d’un tournage télévisé dont Nira est monteuse. La rencontre avec Lily la bouleverse car cela l’oblige à récupérer un événement de son passé qu’elle avait refoulé. Il s’agit du viol dont, encore étudiante, elle a été victime: à l’origine de l’effacement la peine du souvenir et le sens de culpabilité pour être la responsable de la mort de son père. Lily, au contraire, endurcie par la violence subie, semble chercher la vengeance dans son activité de militantisme à coté des Palestiniens.

Nira commence à chercher chez cette femme une aide pour rentrer en possession de son passé. Dans un premier temps, ses tentatives de l’approcher n’aboutissent pas : la situation familiale de Lily est compliquée et l’insistance de cette femme qui prétend fouiller dans son passé l’harcèle. Son mariage a l’air d’être fini depuis longtemps, mais elle continue à s’y accrocher pour un sens de gratitude malsaine et déroutante : le souvenir du soulagement et de la protection qu’elle y avait trouvé après l’agression, lui empêchent d’avouer la fin d’un amour.

La vie de Nira, par contre, tourne autour d’une fille qu’elle élève toute seule depuis l’éloignement du mari. Le deux femmes ne pourront commencer à communiquer que quant Lily avouera, elle aussi, son besoin de revenir sur son passé. Et elle y parviendra après avoir quitté son mari et la fausse protection que son mariage lui donnait. Les deux femmes, enfin, se rencontrent et revisitent ensemble les moments les plus douloureux de leur vie, tout en projetant de reconstruire les détails des injustices subies par un système policier qui leur imposait de cacher leur souffrance.
Deux portraits profondément vrais tracent les lignes d’un drame qui a été suffoqué par une société obscurantiste et injuste, la même qui permet, au bout de dix ans à peine, la sortie de prison du « violeur poli ».
La metteur en scène saisit, avec une sensibilité féminine aiguë, l’humanité des réactions psychologiques de deux femmes, deux victimes qui savent finalement transformer leur destinée à partir d’un événement qui a fauché leur jeunesse.

 

Réalisation: Michal Aviad

Production: Plan B Productions Ltd. Ronen Ben Tal

Durée: 1h30 minutes

Avec: Ronit Elkabetz, Evgenia Dodina, Mederic Ory, Gil Frank, Sivan Levy

Les Vernissages de la semaine du 05 au 07 avril
La collection Jonas Netter à la Pinacothèque
Celeste Bronzetti

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *