DVDs

« Sagan », de Diane Kurys

18 janvier 2009 | PAR marie

saganSagan, le film de Diane Kurys, avec Sylvie Testud, incroyable de ressemblance en Françoise Sagan, Jeannne Balibar, Pierre Palmade, Arielle Dombasle… sort aujourd’hui en DVD. Dans le boitier, ce sont deux oeuvres en une que l’on découvre…

Tout commence avec Bonjour Tristesse, écrit comme ça en un été d’ennui, une erreur presque, un mensonge à des amies : « j’écris un roman »… Timide et effrontée, l’étudiante de 18 ans dépose son roman chez Julliard. Coup de poker, un an après le premier tirage, le livre est vendu à 850 000 exemplaires. Il raconte l’histoire d’une jeune fille qui couche sans aimer… et sans tomber enceinte… la liberté sans le prix, l’obsession de Sagan qui s’applique à jouir sans entrave, sans s’économiser, parce qu’il est « plus urgent de vivre que de compter ».

Puisqu’il faut tout partager, Françoise s’entoure : Jacques Chazot (Pierre Palmade), Bernard Frank (Lionel Abelanski), Peggy Roche (Jeanne Balibar), Florence Malraux (Margot Abascal) etc-…. Une bande d’amis, qu’entre deux flashs de journalistes, un voyage de promotion à New York et une séance de dédicace « barbante », la romancière retrouve à Honfleur. Dans ce phalanstère où, avant Mai 68, les couples se mêlent librement, s’alignent les casinos, les parties de cartes et les beuveries… Une joyeuse foire parce que Françoise « aime la vie » mais parce qu’il lui faut, aussi, tromper sa mélancolie, sa tristesse qui, dans « une impulsion sensuelle », la pousse à écrire, et sa hantise de dormir seule dans un lit… Amours et enguelades sont donc ponctuées par le cliquetis de la machine à écrire, seul rythme régulier dans un calendrier déglingué.

Pour une autre môme, Marion Cotillard avait eu bien des honneurs ; Sylvie les mérite aussi. Géniale en « affreux petit monstre » au débit rapide comme en vieille délaissée, elle se confond avec les photos d’archives que Diane Kurys a inséré dans le film.

L’oeuvre de Diane Kurys devait être un téléfilm composé de deux épisodes de 90 minutes : « Un charmant petit monstre » et « Des bleus à l’âme« . Luc Besson a aimé l’histoire, le film a été réduite d’une heure et portée sur grand écran en juin dernier. Mais ce que le téléfilm gagne en minutes sur la montre, le spectateur, devant son petit écran, le récupère en attachement au personnage, en charmants « détails » trop facilement coupés sur une bobine et qui font une vie.

Le DVD comprend aussi une troisième version du film, celle dans laquelle la réalisatrice, accompagnée de Pierre Palmade, détaille quelles anecdotes sont véridiques, tirées directement des romans de Sagan ou de ses biographies. Un « bonus » nécessaire donc.

Sagan, DVD Europacorp distribution, 11 décembre 2008, coffret 2 DVD. Format 16/9 compatible 4/3, Format cinéma respecté 1.85, Format DVD-9

Ci-dessous, la bande-annonce de la version cinéma :

dvd sagan

« Comme le fantôme d’un jazzman dans la station Mir en déroute » : une sombre histoire de neurones cramés
Barral ? Vous avez dit Marie Barral ?
marie

6 thoughts on “« Sagan », de Diane Kurys”

Commentaire(s)

  • Decailly

    La liberté donne des ailes, que ce soit dans la fiction ou dans la réalitée, l’écriture est une libération, vérité pour la soif de vie.

    janvier 21, 2009 at 19 h 39 min
  • michel musser

    La libertée donne des ailes, que ce soit dans la fiction ou dans la réalitée, l’écriture est une libération, véritée pour la soif de vie.

    janvier 22, 2009 at 23 h 44 min
  • Cyril

    La liberté donne des ailes, que ce soit dans la fiction ou dans la réalitée, l’écriture est une libération, véritée pour la soif de vie.

    janvier 27, 2009 at 16 h 37 min

Publier un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *